Jean-René Fourtou veut plus que 15 milliards d'euros pour SFR

vendredi 4 octobre 2013 19h43
 

PARIS (Reuters) - Le président du directoire de Vivendi Jean-René Fourtou déclare dans un entretien au quotidien Le Monde que le groupe espère obtenir pour sa filiale télécoms SFR une valorisation supérieure à 15 milliards d'euros.

Le conglomérat a officialisé le mois dernier sa volonté de scinder en deux son portefeuille d'activités avec d'un côté le groupe de télévision Canal+, la maison de disques Universal Music Group et l'opérateur GVT, et de l'autre l'opérateur SFR.

SFR, qui pourrait être scindé du reste du groupe via une mise en Bourse, est également régulièrement cité comme une cible potentielle pour des opérateurs aux poches pleines comme le géant américain AT&T.

Prié de dire si le groupe a reçu des marques d'intérêt pour sa filiale, Jean-René Fourtou répond par la négative.

"Personne ne nous a sollicités pour l'instant. Si cela arrivait, nous dirions non. Ce n'est pas le moment d'envisager une cession", déclare-t-il au Monde, en disant miser sur un redressement du marché des télécoms, dégradé par l'arrivée de Free sur le marché français du mobile en janvier 2012.

Prié de dire quelle serait l'attitude du groupe s'il recevait une offre de 15 milliards d'euros pour SFR, Jean-René fourtou répond : "Ce n'est pas assez !"

"Je parie qu'avant trois ans nous retrouverons la valorisation qui était en vigueur lors du rachat en 2011 des 44% de SFR détenus par Vodafone. C'est un challenge mais c'est faisable."

La transaction avait alors valorisé l'opérateur 6,2 fois son Ebitda 2010, qui s'était établi à 3,97 milliards d'euros.

Jean-René Fourtou indique par ailleurs que le montage pour aboutir à la scission de SFR est toujours en cours de réflexion, expliquant que l'opérateur pourrait au final rester dans l'entité Vivendi alors que les activités médias seraient scindées du groupe.   Suite...

 
Le président du directoire de Vivendi Jean-René Fourtou déclare dans un entretien au quotidien Le Monde que le groupe espère obtenir pour sa filiale télécoms SFR une valorisation supérieure à 15 milliards d'euros. /Photo prise le 29 août 2013/REUTERS/Charles Platiau