Ubisoft concrétise ses ambitions dans l'audiovisuel

mardi 8 octobre 2013 12h18
 

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - L'éditeur de jeux vidéos Ubisoft a dévoilé jeudi la série d'animation inspirée de sa franchise à succès "Les Lapins crétins", première concrétisation de sa stratégie d'incursion dans l'audiovisuel et le cinéma.

Déjà héros d'une bande dessinée et d'un jeu vidéo, les lapins déjantés à l'humour crasse, dont "bwaaah" est le seul mot de vocabulaire, s'apprêtent à envahir les écrans français à compter du 19 octobre sur France 3 après avoir fait déjà rire les jeunes téléspectateurs de la chaîne nickelodeon aux Etats-Unis.

Pour le spécialiste français du jeu vidéo, il s'agit d'un premier test de sa stratégie de diversification vers les écrans de télévision mais aussi les salles de cinéma, plusieurs films étant déjà en préparation, également inspirés des jeux vidéo maisons, avec une première sortie prévue pour 2015.

Comme ses concurrents, Ubisoft, qui a concentré ses investissements sur un nombre plus restreint de franchises, souhaite faire vivre ses "marques" puissantes - comme Assassin's Creed et ses 38 millions de joueurs - à travers différents médias.

Le cinéma et la télévision sont également la promesse de revenus dans les périodes creuses entre deux lancements de jeux.

"Contrairement à ce que l'on pense, les revenus générés par la télévision et le cinéma sont très récurrents. L'amortissement se fait sur 10 à 15 ans", a expliqué à Reuters Jean-Julien Baronnet, le dirigeant d'Ubisoft Motion Pictures, le studio créé par l'éditeur de jeux en 2011.

Pour se donner toutes les chances de réussir , Ubisoft, qui est en compétition avec les géants mondiaux Activison Blizzard et Electronic Arts, s'est entouré de professionnels du cinéma et de la télévision.

LES LAPINS BIENTÔT AU CINÉMA ?   Suite...

 
Le jeu vidéo "Les Lapins crétins" d'Ubisoft. L'éditeur de jeux vidéos français a dévoilé jeudi la série d'animation inspirée de sa franchise à succès, première concrétisation de sa stratégie d'incursion dans l'audiovisuel et le cinéma. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau