Le nouveau projet de BlackBerry ne devrait pas enrayer sa chute

lundi 23 septembre 2013 11h24
 

par Alastair Sharp

TORONTO (Reuters) - Le projet de BlackBerry d'abandonner le marché grand public pour se concentrer sur les entreprises et les administrations - ses clients historiques - est largement vu comme étant une manoeuvre désespérée qui, selon les spécialistes du secteur, ne fera qu'accélérer la chute du groupe canadien.

Le changement de stratégie et la restructuration radicale de la société crée des inquiétudes sur sa viabilité. L'incertitude pourrait bien inciter certains de ses partenaires et de sa clientèle professionnelle et particulière à délaisser son système.

"C'est l'image qui compte et si la confiance des clients et fournisseurs continue de baisser, le montant de la trésorerie que l'entreprise aura au bilan n'y fera rien. Les choses iront de plus en plus mal", estime Deepak Kausha, trader chez GMP Securities.

Le fabricant canadien de smartphones - mis en difficulté par la concurrence de l'iPhone d'Apple et les appareils utilisant le système d'exploitation Android de Google - a annoncé vendredi de lourdes pertes et une sévère réorganisation de ses activités, avec la suppression de 4.500 emplois, plus du tiers de ses effectifs.

En réponse aux questions concernant sa nouvelle stratégie, BlackBerry a déclaré dimanche que la société apporterait des détails lors de la publication de ses résultats définitifs du deuxième trimestre de son exercice, prévue le 27 septembre.

Vendredi, son directeur général, Thorsten Heins, a dit que ce changement de stratégie vers les entreprises s'appuyait sur la renommée du groupe en termes de fiabilité et de sécurité.

"Les spécialistes de la sécurité et les entreprises savent que la grande référence pour les appareils mobiles est BlackBerry," a déclaré le groupe canadien dans un communiqué.

BASE D'ABONNÉS ENCORE IMPORTANTE MAIS EN BAISSE   Suite...

 
Le projet de BlackBerry d'abandonner le marché grand public pour se concentrer sur les entreprises et les administrations - ses clients historiques - est largement perçu comme une manoeuvre désespérée qui, selon les spécialistes du secteur, ne fera qu'accélérer la chute du groupe canadien. /Photo prise le 21 septembre 2013/REUTERS/Dado Ruvic