9 septembre 2013 / 18:14 / dans 4 ans

Telecom Italia, un dilemme pour Telefonica

Telefonica risque d'être confronté à un choix cornélien si le pacte d'actionnaires de Telecom Italia est dissous à la fin du mois. /Photo d'archives/REUTERS/Alessandro Bianchi

par Robert Hetz

MADRID (Reuters) - Telefonica risque d‘être confronté à un choix cornélien si le pacte d‘actionnaires de Telecom Italia est dissous à la fin du mois.

Telecom Italia est contrôlé par la holding Telco, elle-même détenue par Mediobanca, Intesa Sanpaolo, Generali et Telefonica.

Les actionnaires italiens de Telco ont fait savoir qu‘ils étaient disposés à vendre leurs participations. Ils peuvent sortir d‘un pacte arrivant à échéance en 2015 à condition d‘annoncer leur intention de le faire d‘ici le 28 septembre.

Auquel cas, Telefonica risquerait de se trouver devant le dilemme suivant: vendre et subir une nouvelle perte sur son investissement ou mettre sur la table de l‘argent qu‘il n‘a pas pour conserver son influence au sein de Telecom Italia.

Une autre possibilité serait de fusionner purement et simplement avec Telecom Italia, dans lequel Telefonica a 10,5% par l‘intermédiaire de sa participation de 46% dans Telco.

Car sa position au sein de l‘opérateur italien lui a permis de protéger ses positions en Amérique latine. Les deux firmes européennes sont concurrentes au Brésil et en Argentine où elles contrôlent les deux plus gros opérateurs mobiles.

Le meilleur choix et de loin pour Telefonica serait de persuader les autres membres du tour de stable de rester.

S‘EN SORTIR AVEC LES HONNEURS

Mais pour Marco Fossati, un investisseur de Telecom Italia, “Telefonica doit se décider: soit il vend ses parts pour laisser le champ libre à d‘autres acteurs des télécoms, soit il fusionne avec Telecom Italia”.

Un mauvais choix pour Telefonica, occupé à réduire un endettement qui approche les 50 milliards d‘euros, en raison d‘achats à tout-va par le passé. En outre, sa note de crédit risque d‘être mise en péril s‘il injecte encore de l‘argent dans Telecom Italia.

Sortir de Telecom Italia ne vaudrait pas mieux: Telefonica a investi, pense-t-on, 2,7 milliards d‘euros dans une participation qui maintenant n‘en vaut plus que 830 millions.

“C‘est très difficile pour Telefonica de s‘en sortir avec les honneurs”, estime Javier Mielgo, analyste de la société de courtage Mirabaud à Madrid.

Telefonica a déjà provisionné 1,58 milliard d‘euros sur cet investissement, sur la base d‘un cours de Bourse qui passerait de 2,6 à 1,2 euro. Or l‘action tourne autour de 0,6 euro actuellement.

“Telefonica conservera ses parts dans Telecom Italia parce qu‘au cours actuel, vendre induirait une hausse de la dette de 500 millions d‘euros et il lui faudrait aussi prendre en compte les pertes liées au cours de Bourse de Telecom Italia”, explique Andres Bolumburu, de Banco Sabadell.

“Racheter les partenaires de Telco reviendrait très cher, peut-être plus de 1,5 milliard d‘euros”, dit de son côté un analyste des télécommunications.

Enfin, Telefonica risque de mettre sa note de crédit à rude épreuve s‘il s‘endette encore, après avoir annoncé en juillet le rachat d‘E-Plus, la filiale allemande de KPN, pour 8,1 milliards d‘euros.

Telefonica s‘est engagé à ramener sa dette à moins de 47 milliards d‘euros cette année et l‘agence Moody’s a prévenu que rater cet objectif pourrait avoir des conséquences néfastes sur la note de crédit.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below