Les résultats de Vivendi pénalisés par SFR et GVT

jeudi 29 août 2013 11h55
 

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Vivendi a publié jeudi des résultats financiers en baisse pour son deuxième trimestre, pénalisés ses filiales télécoms SFR et GVT dont les prévisions pour 2013 ont été révisées à la baisse.

En pleine reconfiguration, le conglomérat publiait pour la première fois des comptes amputés des contributions des jeux vidéo d'Activision Blizzard et de l'opérateur Maroc Telecom qui sont en cours de cession.

Le groupe n'a pas encore décidé ce qu'il ferait des quelque 10,4 milliards d'euros qu'il devrait empocher à l'issue des deux opérations dont le bouclage est attendu d'ici fin septembre pour les jeux vidéo et d'ici la fin de l'année pour Maroc Telecom.

"Le conseil de surveillance va étudier la question", a déclaré le directeur financier Philippe Capron, lors d'une conférence téléphonique.

"Il ne fait aucun doute que ces cessions nous donnent une grande marge de manoeuvre pour faire n'importe quel type de restructuration qui serait envisagée par le conseil, de même que pour organiser des retours en numéraire", a-t-il ajouté.

Après plusieurs mois d'attente, le groupe présent dans les télécoms et les divertissements a donné un coup d'accélérateur à sa recomposition destinée à redresser son cours de Bourse et réduire son endettement, avec une salve d'annonces fin juillet.

Outre le lancement de négociations exclusives avec Etisalat pour la vente de ses 53% dans Maroc Telecom, Vivendi a également cédé l'essentiel de sa participation dans Activision.

Il a par ailleurs annoncé des discussions avec Bouygues Telecom en vue d'un partage de réseaux avec sa filiale SFR, malmenée par l'arrivée de Free (Iliad) sur le marché du mobile en janvier 2012.   Suite...

 
Vivendi a publié jeudi des résultats financiers en baisse pour son deuxième trimestre, sous le coup des difficultés de son opérateur télécoms SFR, mais qui ressortent toutefois au-dessus des attentes du marché. /photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann