Gemalto confirme à nouveau ses objectifs

jeudi 29 août 2013 13h59
 

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Gemalto confirme une nouvelle fois ses objectifs financiers pour 2013 après avoir enregistré sur les six premiers mois de l'année des performances en ligne avec les attentes du marché, profitant d'une demande soutenue dans la téléphonie mobile.

Le fabricant de cartes à puces, qui présentera le 5 septembre un nouveau plan de développement à trois ans, a indiqué jeudi avoir dégagé au premier semestre un chiffre d'affaires en hausse de 13% à taux de change constants, à 1.129 millions d'euros.

Sur la période, sa marge brute est ressortie à 37,7% du chiffre d'affaires.

"Nous sommes en bonne voie pour atteindre nos objectifs de 2013", souligne Olivier Piou, le directeur général de Gemalto, cité dans un communiqué.

Le groupe avait dit en début d'année tabler pour l'année en cours sur une croissance à deux chiffres de son résultat opérationnel et de ses revenus.

À la Bourse de Paris, l'action Gemalto, qui a rejoint le CAC 40 fin 2012, gagne 1,9% à 85,4 euros à 13h25 après avoir signé la deuxième plus forte hausse de l'indice parisien dans les premiers échanges. Depuis le début de l'année, le titre a gagné plus de 25% après un bond de 81% en 2012, faisant désormais ressortir une capitalisation boursière de 7,52 milliards d'euros.

"Les résultats du premier semestre sont au-dessus des attentes grâce à un élément exceptionnel dans la division brevets", souligne un trader parisien. "Nous parions que Gemalto doublera son Ebitda (résultat brut d'exploitation) à l'horizon de 2016-2017."

"Au-delà des résultats, le marché attend surtout le nouveau plan stratégique de moyen terme, qui sera dévoilé le 5 septembre", notent les analystes d'Aurel BCG.   Suite...

 
Le fabricant de cartes à puces Gemalto confirme une nouvelle fois ses objectifs financiers pour 2013 après avoir enregistré sur les six premiers mois de l'année des performances en ligne avec les attentes du marché, profitant d'une demande soutenue dans la téléphonie mobile. /Photo d'archives/REUTERS