Telefonica en discussions avec KPN pour acquérir E-Plus

lundi 22 juillet 2013 18h33
 

MADRID/AMSTERDAM (Reuters) - L'opérateur télécoms espagnol Telefonica est en négociations avancées avec le néerlandais KPN en vue d'acquérir sa filiale allemande E-Plus et un accord pourrait être annoncé dès ce lundi, a-t-on appris de source proche du dossier.

La filiale allemande de Telefonica, 02, a sensiblement la même taille qu'E-Plus et un rapprochement leur permettrait d'être mieux armées face à la concurrence des leaders du marché, Deutsche Telekom et Vodafone.

Selon la source, les conseils d'administration des deux groupes devaient se réunir dans la journée pour examiner un projet d'accord qui valorise E-Plus à cinq milliards d'euros.

Une autre source a indiqué que l'opération se ferait en numéraire et en actions 02. La filiale allemande de Telefonica effectuerait pour ce faire une augmentation de capital, à laquelle sa maison-mère souscrirait en partie en émettant à cette fin de la dette hybride.

A la suite de l'opération, KPN conserverait une participation de 15 à 30% dans l'entité fusionnée, selon deux autres sources.

Dans un bref communiqué, KPN a confirmé la tenue de discussions, sans citer le nom de Telefonica. "A ce stade, l'issue n'est pas encore certaine. D'autres annonces seront faites si et quand cela sera opportun", a fait savoir le groupe néerlandais.

A Madrid, Telefonica a lui aussi fait état de discussions en cours portant sur une possible transaction en Allemagne, sans mentionner KPN.

L'information sur le rapprochement, d'abord révélée par le Financial Times, a fait grimper KPN de 12,85% à 1,80 euro à la Bourse d'Amsterdam, tandis que Telefonica s'octroyait 1,32% à Madrid.

Telefonica et KPN ont déjà, par le passé, discuté d'un rapprochement de leurs activités en Allemagne, mais ces négociations avaient échoué à la dernière minute faute d'accord sur la valorisation d'E-Plus.   Suite...

 
L'opérateur télécoms néerlandais KPN a confirmé lundi la tenue de négociations avancées avec l'espagnol Telefonica en vue de lui céder sa filiale allemande E-Plus, tout en soulignant que l'issue des négociations n'était pas certaine. /Photo prise le 30 janvier 2013/REUTERS/Albert Gea