Perquisitions chez des opérateurs télécoms européens

jeudi 11 juillet 2013 14h49
 

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a effectué des perquisitions chez Orange, Deutsche Telekom et Telefonica, qu'elle soupçonne d'abus de position dominante dans les services de connectivité internet.

La CE a confirmé jeudi ces perquisitions, qui ont eu lieu le 9 juillet, dans plusieurs Etats membres mais, comme à son habitude à ce stade de la procédure, elle ne révèle pas les noms des opérateurs télécoms concernés.

Orange et Deutsche Telekom ont confirmé de leur côté avoir subi des perquisitions. Une source proche du dossier a dit que Telefonica avait également été perquisitionné et que seules trois sociétés avaient été visées.

Telefonica s'est abstenu de tout commentaire.

"Orange fait actuellement l'objet d'une enquête de la part des services de la Commission européenne. Les agents de la Commission visitent plusieurs sites du groupe. L'inspection dans nos locaux peut durer quelques jours", a déclaré pour sa part un porte-parole d'Orange.

"Orange coopère pleinement avec les agents de la Commission européenne et à ce stade les pratiques d'Orange ne sont pas incriminées. Nous envisageons donc sereinement les suites de cette affaire", a-t-il ajouté.

Dans son communiqué, la Commission précise que l'interconnectivité assurée par les opérateurs est "cruciale pour le fonctionnement d'internet et pour la capacité des utilisateurs finaux à accéder aux contenus internet avec la qualité de service requise".

KPN et Belgacom ont fait savoir qu'ils n'étaient pas concernés par les perquisitions.

Foo Yun Chee, Wilfrid Exbrayat, édité par Marc Angrand

 
La Commission européenne a effectué des perquisitions chez Orange, Deutsche Telekom et Telefonica, qu'elle soupçonne d'abus de position dominante dans les services de connectivité internet. /Photo prise le 17 juin 2013/REUTERS/Charles Platiau