Oracle déçoit avec ses résultats et passe au NYSE

vendredi 21 juin 2013 08h40
 

par Noel Randewich et Jim Finkle

SAN FRANCISCO (Reuters) - Le géant américain des logiciels Oracle a publié jeudi des résultats inférieurs aux attentes pour le deuxième trimestre consécutif, faisant douter de sa capacité à rebondir face à de jeunes concurrents agressifs.

Dans les transactions hors séance, le titre chutait de plus de 8% en réaction aux résultats publiés à la clôture de Wall Street.

Le groupe californien a annoncé une petite hausse de 1% de ses ventes de logiciels et des abonnements à ses produits sur internet au cours de son quatrième trimestre clos fin mai, à quatre milliards de dollars, un chiffre au bas de sa propre fourchette de prévisions puisqu'il tablait sur une croissance comprise entre 1 et 11%.

Selon Daniel Ives, analyste chez FBR Capital, le consensus du marché était autour de 4,2 milliards de dollars.

Oracle a imputé ce mauvais résultat à des ventes décevantes en Asie et en Amérique latine et il a dit prévoir pour le trimestre en cours une croissance comprise entre zéro et 8%.

Le numéro trois mondial des logiciels, confronté à la concurrence de Salesforce.com et d'autres spécialistes de l'informatique dématérialisée (cloud computing), a annoncé par ailleurs son intention de quitter le Nasdaq pour le New York Stock Exchange en juillet, un coup dur pour le marché des valeurs de croissance dont il était l'un des poids lourds.

Le conseil d'administration, cité dans le communiqué de résultats, a expliqué sans autre précision avoir pris cette décision dans l'intérêt des actionnaires.

Avec sa capitalisation de 160,6 milliards de dollars (121 milliards d'euros), Oracle représente le plus gros transfert dans l'histoire du NYSE, qui avait tenté sans succès l'an dernier d'attirer Facebook pour ses débuts en Bourse puis avait vu Kraft Foods opter à son tour pour le Nasdaq.   Suite...

 
Le géant américain des logiciels Oracle a publié jeudi des résultats inférieurs aux attentes pour le deuxième trimestre consécutif, faisant douter de sa capacité à rebondir face à de jeunes concurrents agressifs. Le numéro trois mondial des logiciels a annoncé par ailleurs son intention de quitter le Nasdaq pour le New York Stock Exchange en juillet. /Photo d'archives/REUTERS/Robert Galbraith