Alcatel se repositionne, sabre les coûts et les actifs

mercredi 19 juin 2013 15h32
 

par Constance De Cambiaire et Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Alcatel-Lucent va se repositionner sur les réseaux IP (internet protocol) et l'accès au très haut débit dans le cadre de son plan stratégique pour 2013-2015, qui prévoit aussi un milliard d'euros de réduction des coûts fixes et autant de cessions d'actifs.

Michel Combes, le nouveau directeur général de l'équipementier télécoms, a précisé mercredi que le plan Shift, destiné à assainir la trésorerie du groupe et à le recentrer sur des activités essentielles aux réseaux de nouvelle génération, passerait aussi par le rééchelonnement de deux milliards d'euros de dette à l'horizon 2015.

A plus long terme, le groupe vise une "réduction future" de sa dette à hauteur de deux milliards d'euros, via des cessions ou une levée de fonds, a déclaré Michel Combes en présentant son plan à la presse.

Les économies annoncées passeront par une réduction des coûts administratifs et commerciaux, un recentrage de la R&D et une amélioration de l'efficacité opérationnelle.

"L'objectif est d'être free cash flow positif en 2015", a expliqué Michel Combes, sans fournir de précisions sur les cessions envisagées.

Le défi est de taille puisqu'Alcatel-Lucent a consommé 679 millions d'euros de cash en 2012 et encore 533 millions au premier trimestre de cette année.

Le directeur général a également déclaré que le portefeuille de 30.000 brevets dont dispose Alcatel-Lucent rapporterait au moins 150 millions d'euros par an d'ici à 2015.

En réponse à une question, il s'est refusé à toute indication sur l'évolution des effectifs du groupe, qui a déjà entrepris l'an dernier de supprimer 5.500 emplois dans le monde.   Suite...

 
Michel Combes, le nouveau directeur général d'Alcatel-Lucent. L'équipementier télécoms a présenté un plan sur trois ans, destiné à transformer le groupe en spécialiste des réseaux IP (internet protocol) et de l'accès très haut-débit, qui se traduira par des réductions de coûts fixes d'un milliard d'euros sur 2013-2015. /Photo prise le 19 juin 2013/REUTERS/Charles Platiau