Sprint porte plainte contre Dish Networks et Clearwire

mardi 18 juin 2013 09h51
 

(Reuters) - Sprint Nextel a annoncé lundi après la clôture de Wall Street qu'il avait porté plainte contre Dish Networks et Clearwire en vue bloquer l'offre du groupe américain de télévision par satellite sur l'opérateur mobile.

Cette action en justice constitue un nouveau rebondissement dans la lutte entre Sprint, troisième opérateur mobile aux Etats-Unis, et Dish, qui veulent tous deux mettre la main sur 100% du capital de Clearwire.

Par ailleurs, Dish a lancé une contre-offre sur le capital de Sprint, qui a passé un accord avec Softbank pour être majoritairement détenu par l'opérateur mobile japonais.

La plainte de Sprint intervient quelques heures avant l'arrivée à expiration du délai accordé à Dish pour améliorer son offre sur Sprint après que Softbank a relevé les termes de la sienne.

Il y a une semaine, SoftBank a en effet annoncé un accord avec Sprint Nextel pour porter de 20,1 à 21,6 milliards de dollars (16,3 milliards d'euros) son offre de rachat amicale de 78% du capital de l'opérateur américain.

Dish Networks offre de racheter la totalité de Sprint pour 25,5 milliards de dollars, à un prix par action d'environ sept dollars.

La nouvelle proposition de SoftBank a reçu le soutien du "hedge fund" Paulson & Co, deuxième plus gros actionnaire de Sprint, qui penchait auparavant pour l'offre de Dish.

TROMPERIE

La plainte déposée lundi par Sprint dans l'Etat du Delaware accuse Dish d'essayer de "tromper" les actionnaires de Clearwire et de les "forcer" à accepter son offre.   Suite...

 
Sprint Nextel a annoncé lundi après la clôture de Wall Street qu'il avait porté plainte contre Dish Networks et Clearwire en vue bloquer l'offre du groupe américain de télévision par satellite sur l'opérateur mobile. Cette action en justice constitue un nouveau rebondissement dans la lutte entre Sprint, troisième opérateur mobile aux Etats-Unis et Dish, qui veulent tous deux mettre la main sur 100% du capital de Clearwire. /Photo d'archives/REUTERS/Andrew Kelly