La paranoïa, méthode favorite des experts en cybersécurité

vendredi 17 mai 2013 14h04
 

par Alina Selyukh

WASHINGTON (Reuters) - Personne n'est en sécurité dans le monde numérique, même les experts! Soyez méfiants et paranoïaques, conseillent donc les professionnels de la sécurité informatique et des responsables politiques américains à l'occasion du sommet sur la cybersécurité organisé par Reuters cette semaine.

"Il y a deux types de personnes: celles qui n'ont jamais été piratées et celles qui ignorent l'avoir été", résume Michael Chertoff, ancien secrétaire à la Sécurité intérieure.

Dans leur vie professionnelle, les experts en cybersécurité utilisent les innovations technologiques les plus récentes pour protéger les réseaux informatiques des attaques. Mais quand il s'agit de protection personnelle, à la surprise générale, beaucoup se contentent de techniques bien plus rudimentaires.

Michael Chertoff, devenu consultant en sécurité après avoir quitté l'administration Bush en 2009, explique ainsi qu'il ne se sert pas du courrier électronique quand il est au bureau, afin de ne pas ouvrir une voie potentielle d'accès à son réseau. Janet Napolitano, qui lui a succédé à la Sécurité intérieure, fait de même.

Eugene Kaspersky, dont le groupe éponyme édite des logiciels anti-virus, utilise un téléphone mobile Sony Ericsson vieux de six ans, estimant qu'il est plus difficile à pirater que les derniers modèles de smartphones.

"Je suis quelqu'un de prudent", explique-t-il. "Je suis paranoïaque (...) Je soupçonne chaque lien et chaque courriel".

D'autres pontes de la cybersécurité recommandent aux utilisateurs de stocker leurs données critiques en dehors des disques durs et de diffuser peu d'informations personnelles sur les réseaux sociaux.

Mais rares sont ceux qui en tiennent compte, y compris les membres de leur famille.   Suite...

 
Personne n'est en sécurité dans le monde numérique, même les experts! Soyez méfiants et paranoïaques, conseillent donc les professionnels de la sécurité informatique et des responsables politiques américains à l'occasion du sommet sur la cybersécurité organisé par Reuters cette semaine. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau