Le nouveau patron d'Intel met l'accent sur le mobile

jeudi 16 mai 2013 20h48
 

SAN FRANCISCO (Reuters) - Brian Krzanich, le nouveau directeur général d'Intel, promet d'être plus réactif et plus offensif sur le marché des smartphones et des tablettes où le numéro un mondial des microprocesseurs est en retard sur la concurrence.

L'assemblée générale de jeudi a vu Brian Krzanich, désigné le 2 mai, succéder officiellement à Paul Otellini qui avait décidé en novembre de prendre sa retraite. De l'avis de tous les observateurs, Intel sous Otellini est resté trop focalisé sur le marché des PC - aujourd'hui en déclin - et a manqué le virage de l'informatique mobile.

"Oui nous l'avons manqué, nous avons été lents sur les tablettes et sur une partie de l'informatique mobile", a reconnu Brian Krzanich devant les actionnaires. "Mais nous pensons que nous avons une base solide."

Krzanich, entré dans le groupe il y a 30 ans et qui a fait ses classes dans la production, a précisé que lui-même et la nouvelle présidente Renée James - spécialiste des logiciels - avaient commencé à rencontrer des clients.

"Tous ils nous montrent où va le marché et ce qu'ils attendent d'Intel. Nous allons faire des ajustements dans nos choix d'architecture et de produits", a-t-il dit.

Le marché des puces pour l'informatique mobile est dominé par l'américain Qualcomm et le sud-coréen Samsung Electronics, qui conçoivent leurs produits en utilisant l'architecture vendue sous licence par le britannique ARM Holdings.

La force d'Intel venait de son organisation verticale et de sa production, et la promotion de Brian Krzanich semble indiquer que le conseil d'administration juge toujours cruciales les usines du groupe.

Celle de Renée James au poste de présidente montre aussi l'importance attachée aux logiciels et autres services associés.

Pour Stacy Smith, le directeur financier d'Intel, les déclarations de Brian Krzanich témoignent d'un accent mis "sur le client final, sur l'exécution et sur le segment ultra-mobile de notre business."   Suite...

 
Brian Krzanich, le nouveau directeur général d'Intel, promet d'être plus réactif et plus offensif sur le marché des smartphones et des tablettes où le numéro un mondial des microprocesseurs est en retard sur la concurrence. /Photo d'archives/REUTERS/Jumana ElHeloueh