Electronic Arts livre une prévision 2014 au-dessus du consensus

mercredi 8 mai 2013 10h14
 

SAN FRANCISCO (Reuters) - Electronic Arts a annoncé mardi prévoir pour son exercice 2014 un bénéfice supérieur aux attentes de Wall Street grâce aux réductions de coûts et à la montée en puissance des ventes en ligne, qui génèrent de meilleures marges.

Les perspectives présentées par le numéro un mondial du jeu vidéo ont fait bondir son action de 9% dans les transactions hors séance.

Le groupe américain, qui doit faire face comme l'ensemble au succès des jeux sur mobiles et des "casual games", prévoit pour l'exercice 2014 un bénéfice hors certains éléments exceptionnels de 1,20 dollar par action, soit 10 cents de plus que le consensus.

L'action Electronic Arts est montée à 20 dollars hors séance, après avoir fini à 18,41 dollars sur le Nasdaq.

Sur le trimestre clos le 31 mars, le quatrième de l'exercice 2013, les revenus tirés des ventes dématérialisées ont bondi de 45% sur un an à 618 millions de dollars, dépassant les ventes sur support physique.

Electronic Arts a réduit ses effectifs et réorganisé ses studios ces derniers mois pour mettre l'accent sur de nouvelles plates-formes de jeu, réduire ses coûts et s'adapter à l'évolution du marché.

Il se prépare notamment à l'arrivée d'une nouvelle génération de consoles en fin d'année chez les deux principaux constructeurs, Sony avec la nouvelle version de la PlayStation et Microsoft avec la Xbox. Une perspective qui freine pour l'instant les achats des consommateurs.

Pour l'exercice entamé le 1er avril, EA prévoit un chiffre d'affaires de quatre milliards de dollars, conforme au consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Sur janvier-mars, le chiffre d'affaires total a reculé à 1,2 milliard contre 1,37 milliard un an plus tôt sur la période correspondante. Le chiffre d'affaires ajusté a toutefois progressé de 6,4% à 1,04 milliard, alors que le consensus le donnait à 1,03 milliard.   Suite...

 
Electronic Arts prévoit pour son exercice 2014 un bénéfice supérieur aux attentes de Wall Street grâce aux réductions de coûts et à la montée en puissance des ventes en ligne, qui génèrent de meilleures marges. /Photo d'archives/REUTERS/Gus Ruelas