LinkedIn déçoit avec ses prévisions

dimanche 5 mai 2013 22h48
 

SAN FRANCISCO (Reuters) - L'action LinkedIn a chuté de 10% jeudi dans les transactions hors séance à Wall Street après l'annonce d'une prévision de chiffre d'affaires inférieure aux attentes des analystes, qui il est vrai avaient placé la barre très haut pour le réseau social professionnel en forte croissance.

Le groupe entrevoit pour ce trimestre un chiffre d'affaires compris entre 342 et 347 millions de dollars, alors que les analystes interrogés par Thomson Reuters I/B/E/S tablaient en moyenne sur 359,3 millions.

LinkedIn a relevé sa prévision pour l'ensemble de l'année de 20 millions de dollars à 1,46 milliard, mais c'est là encore inférieur au consensus qui était à 1,49 milliard.

"Le titre est victime de son propre succès", constate Kerry Rice, analyste chez Needham & Co. "Ils ont connu une accélération très forte au quatrième trimestre, du coup le marché attendait des performances similaires au premier trimestre et sur tout 2013."

L'action LinkedIn a bondi de quelque 74% depuis un an, après une introduction en Bourse réussie contrairement à celle de son grand concurrent Facebook.

Au premier trimestre, le bénéfice net a progressé à 22,6 millions de dollars, soit 20 cents par action, contre cinq millions (4 cents/action) un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 45 cents, bien au-dessus des 31 cents qu'anticipaient les analystes.

Le chiffre d'affaires a progressé de 72% à 324,7 millions de dollars, contre 188,5 millions au premier trimestre 2012.

Dans les transactions post-Bourse, le titre rétrograde de 10% à 181 dollars après une clôture en hausse de 3,52% à 201,67 dollars sur le New York Stock Exchange. En séance, l'action avait atteint un nouveau record à 202,88 dollars.

Alexei Oreskovic, Véronique Tison pour le service français

 
L'action LinkedIn a chuté de 10% jeudi dans les transactions hors séance à Wall Street après l'annonce d'une prévision de chiffre d'affaires inférieure aux attentes des analystes, qui il est vrai avaient placé la barre très haut pour le réseau social professionnel en forte croissance. /Photo prise le 6 février 2013/REUTERS/Robert Galbraith