Capgemini entrevoit le bout du tunnel en Europe

jeudi 2 mai 2013 09h52
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Capgemini, numéro un européen des services informatiques, constate que ses clients sont désormais plus enclins à signer des contrats, en particulier sur le Vieux continent où leur attentisme a entraîné au premier trimestre une baisse de son chiffre d'affaires conforme aux attentes.

L'américain IBM, leader mondial du secteur, et le français Atos, se sont livrés en avril au même constat, soulignant leur difficulté à décrocher de gros contrats dans un contexte européen bien peu encourageant.

La confirmation des objectifs annuels du groupe est de nature à rassurer les investisseurs qui craignaient une forte déflagration en Europe continentale, souligne Société générale dans une note.

De fait, Capgemini affiche la plus forte hausse du CAC 40 en début de séance, avec un gain de 3,5% à 36,10 euros, portant sa progression à près de 10% depuis le début de l'année.

"Ce n'est pas un marché exubérant du tout mais cela se dégèle un peu", a noté le PDG Paul Hermelin lors d'une conférence téléphonique. "On sent une fin d'attentisme chez les clients qui sont sélectifs, mais un peu rassérénés".

Après un début d'année très morose, la tendance est redevenue légèrement positive en rythme annuel en mars et avril sur les petits contrats, en particulier en Europe, a-t-il noté, même si la prudence reste de mise sur les très gros contrats, encore absents pour l'instant du "pipeline" du groupe.

Capgemini avait ainsi anticipé la baisse de son chiffre d'affaires au premier trimestre, un repli de 1,7% à taux et de change et périmètres constants au premier trimestre à 2,499 milliards d'euros, avec un recul de 4,8% en France, son premier marché.

Le groupe s'est ainsi montré confiant dans son objectif annuel d'une croissance organique de son chiffre d'affaires comparable à celle de 2012 (+1,2%).   Suite...