France Télécom espère compenser l'effet Free par la 4G

mercredi 24 avril 2013 10h33
 

par Cyril Altmeyer et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - France Télécom-Orange compte sur l'arrivée de la téléphonie mobile à très haut débit (4G) pour limiter les dégâts causés par l'arrivée fracassante de Free, après avoir accusé un nouveau trimestre de contraction de son chiffre d'affaires et de ses bénéfices.

Le quatrième opérateur télécoms européen a accusé une nouvelle chute de son revenu moyen par abonné dans la téléphonie mobile en France au premier trimestre et ne s'est guère montré optimiste sur ses prévisions de chiffre d'affaires pour l'ensemble de 2013 en raison d'une conjoncture morose.

L'action s'adjuge cependant 1,51% à 7,91 euros vers 9h25, surperformant le CAC-40 (+0,66%) et l'indice paneuropéen des télécoms (+0,3%), les analystes se montrant rassurés par un trimestre proche des attentes et la confirmation des objectifs annuels.

"Nous ne pensons pas que ces résultats signalent une amélioration ou une détérioration marquée par rapport à nos attentes", observe Bernstein Research dans une note.

Le premier opérateur télécoms français a accusé un recul de 4,1% de son chiffre d'affaires au premier trimestre en données comparables, à 10,280 milliards d'euros, pénalisé par un recul de ses ventes dans tous ses grands marchés à l'exception notable de l'Espagne et d'une baisse de la demande des entreprises.

Son excédent brut d'exploitation (Ebitda) retraité recule de 6,6% à 3,124 milliards d'euros en données comparables, donnant une marge en recul de 0,8 point à 30,4%, une érosion limitée par des réductions de coûts.

BATAILLE COMMERCIALE FÉROCE

"Depuis février, nous n'avons pas perçu de détérioration de notre position et nous avons mis en oeuvre ce que nous pouvions faire (...) sur la structure de coûts en considérant que l'évolution du chiffre d'affaires resterait sous pression sur l'année", a expliqué le directeur financier Gervais Pellissier lors d'une conférence téléphonique.   Suite...

 
Le PDG de France Télécom, Stéphane Richard. Le premier opérateur télécoms français a enregistré une baisse un peu plus marquée que prévu de son chiffre d'affaires au premier trimestre, en raison de pressions sur ses tarifs dans la téléphonie mobile en France et d'une baisse de la demande de la part des entreprises. /Photo d'archives/REUTERS/Benoît Tessier