Les concurrents de Google mécontents de la CE au sujet d'Android

mardi 9 avril 2013 16h57
 

BRUXELLES (Reuters) - Des sociétés high tech, au nombre desquelles Microsoft et Nokia, pressent la Commission européenne d'agir contre Google, qu'elles accusent d'entraver la concurrence dans la téléphonie mobile.

La CE enquête depuis deux ans sur les pratiques de Google en matière de recherche sur internet. Les investigations portaient à l'origine sur la recherche à partir d'un PC.

Mais le commissaire à la Concurrence Joaquin Almunia a dit l'an passé qu'il avait reçu des plaintes au sujet d'Android, le système d'exploitation élaboré par Google pour les smartphones et qui est le plus utilisé au monde.

Joaquin Almunia a dit qu'il voulait parvenir à un accord avec Google au second semestre mais les plaignants ne sont pas satisfaits du rythme de l'enquête.

Selon une plainte rendue publique mardi par leur groupe de pression FairSearch, les concurrents de Google accusent ce dernier de détourner le trafic vers son moteur de recherche par le biais d'Android.

Les autres membres de FairSearch sont le concepteur de logiciels Oracle, les sites de voyages en ligne Expedia et TripAdvisor, le site d'achat français Twenga, le comparateur de prix britannique Foundem et l'américain adMarketplace.

"Google utilise son système d'exploitation mobile Android comme un 'cheval de Troie' afin de tromper ses partenaires, de monopoliser le marché du mobile et de contrôler les données du consommateur", écrit dans un communiqué Thomas Vinje, l'avocat de FairSearch.

"Négliger d'intervenir ne pourra qu'encourager Google à répéter ses abus de position dominante perpétrés sur les ordinateurs de bureau, alors même que les consommateurs choisissent de plus en plus une plate-forme mobile dominée par le système d'exploitation Android de Google."

La CE s'est abstenu de tout commentaire.   Suite...

 
Conférence Google à San Francisco. Des sociétés high tech, au nombre desquelles Microsoft et Nokia, pressent la Commission européenne d'agir contre Google, qu'elles accusent d'entraver la concurrence dans la téléphonie mobile. /Photo prise le 28 juin 2012/REUTERS/Stephen Lam