La filiale russe de Tele2 au centre d'une bataille d'OPA

jeudi 28 mars 2013 23h34
 

par Megan Davies et Maria Kiselyova

MOSCOU (Reuters) - Les opérateurs mobiles russes MTS et Vimpelcom ont rejoint jeudi le peloton des prétendants au rachat de la filiale russe de Tele2, pour tenter de barrer la route à l'offre d'A1, le bras financier du milliardaire Mikhaïl Fridman comme à celle, acceptée par Tele2, de la banque VTB.

MTS et Vimpelcom ont annoncé dans la soirée offrir un montant total de 4,0 à 4,25 milliards de dollars (3,1 à 3,3 milliards d'euros environ), dette comprise, assurant que leur proposition représentait une prime de 30% par rapport à l'accord annoncé mercredi par Tele2 et VTB.

Cette dernière, contrôlée par l'Etat russe, avait précisé avoir conclu l'opération sur la base d'une valeur d'entreprise de 3,5 milliards de dollars.

Avant le communiqué commun signé MTS-Vimpelcom, A1 avait dévoilé une proposition de 3,6 à 4,0 milliards de dollars payable intégralement en numéraire, en précisant envisager de soumettre une offre sur l'ensemble de Tele2, sans toutefois dire quelle somme il était disposé à mettre sur la table.

Ses déclarations ont permis à l'action du groupe suédois de gagner 4,5% à la Bourse de Stockholm, portant sa capitalisation à près de 51 milliards de couronnes (6,1 milliards d'euros).

Tele2 s'est refusé à tout commentaire sur l'offre de MTS et Vimpelcom.

"Nous avons vendu la filiale russe. Nous l'avons fait hier soir. Je ne ferai aucun autre commentaire", a dit Pernilla Oldmark, porte-parole du groupe.

FRIDMAN A LES MOYENS DE SES AMBITIONS   Suite...

 
Les opérateurs mobiles russes MTS et Vimpelcom ont rejoint jeudi le peloton des prétendants au rachat de la filiale russe de Tele2, pour tenter de barrer la route à l'offre d'A1, le bras financier du milliardaire Mikhaïl Fridman comme à celle, acceptée par Tele2, de la banque VTB. /Photo prise le 28 mars 2013/REUTERS/Alexander Demianchuk