Démission du PDG d'ARM, le titre chute en Bourse

mardi 19 mars 2013 14h12
 

LONDRES (Reuters) - L'action ARM recule mardi à la Bourse de Londres après que le directeur général du concepteur britannique de semi-conducteurs a annoncé qu'il quittait son poste, après avoir piloté la croissance exponentielle de l'entreprise pendant 12 ans.

Warren East, 51 ans, sera remplacé à partir de juillet par Simon Segars, actuel président d'une entreprise dont les processeurs sous licence équipent la plupart des smartphones, au premier chef les iPhone d'Apple et les Galaxy de Samsung.

A 12h30 GMT, l'action ARM reculait de 3,37% à 889,5 pence, accusant ainsi la troisième plus forte baisse de l'indice FTSEurofirst 300.

Elle reste cependant en hausse de près de 16% depuis le début de l'année. Et l'action a vu son cours multiplié par plus de trois sur la période 2010-2012.

Warren East est resté vague sur les motivations de sa décision, disant simplement qu'il était temps de passer à autre chose.

"Evidemment, une partie de moi voudrait rester pour toujours dans l'entreprise (...) Mais je pense que c'est le bon moment de mettre en place une nouvelle direction, avec quelqu'un qui peut porter encore plus loin la réflexion", a-t-il dit.

Simon Segars, comme Warren East, a connu les premiers pas d'ARM Holdings et jouit d'une bonne réputation des investisseurs.

"Nous ne pensons pas que le choix de Simon Segars est une surprise (...) Mais c'est arrivé un peu plus tôt que nous l'attendions", ont estimé des analystes d'UBS.

Rosalba O'Brien, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

 
Warren East, le directeur général d'ARM, au CES de Las Vegas. L'action du concepteur britannique de puces recule mardi à la Bourse de Londres, réagissant à l'annonce mardi du départ du patron du groupe dont les processeurs sous licence équipent la plupart des smartphones. Warren East, qui a piloté la croissance exponentielle d'ARM pendant 12 ans, sera remplacé à partir de juillet par Simon Segars. /Photo prise le 9 janvier 2013/REUTERS/Steve Marcus