La Libye aurait gelé l'appel d'offres pour ses télécoms

dimanche 17 mars 2013 19h47
 

ABOU DHABI (Reuters) - La Libye a gelé un appel d'offres pour gérer son monopole des télécommunications, a déclaré dimanche le directeur général d'Etisalat, l'opérateur des Emirats arabes unis qui est en lice pour le contrat.

"De leur côté, le gouvernement a mis le projet en veilleuse. Nous attendons d'en savoir plus, mais la Libye est un bon marché", a déclaré Ahmad Julfar à la presse en marge de l'assemblée générale annuelle d'Etisalat à Abou Dhabi.

Liptic (Libyan Post, Telecommunication and Information Technology Co) compte parmi ses filiales les deux opérateurs de téléphonie mobile de Libye, Al Madar et Libyana, ainsi que le principal fournisseur d'accès à internet du pays.

Le contrat pour la gestion de Liptic est considéré par les analystes comme le prélude à sa privatisation, qui pourrait se faire par appartements.

Après 42 ans de règne de Mouammar Kadhafi et la révolution qui l'a renversé, la situation politique reste incertaine en Libye, dont les infrastructures télécoms ont été largement endommagées par la guerre civile.

Outre Etisalat, les opérateurs d'Arabie saoudite et du Qatar - Saudi Telecom et Ooredoo (Qatar Telecom) - ont aussi manifesté leur intérêt pour Liptic.

Etisalat est aussi en lice, comme Ooredoo, pour reprendre la participation de 53% de Vivendi dans Maroc Telecom. Ahmad Julfar a confirmé que son groupe avait mandaté des banques pour le conseiller sur ce dossier, mais sans préciser lesquelles. En février, des sources avaient indiqué à Reuters qu'il s'agissait de BNP Paribas et de la banque marocaine Attijariwafa Bank.

Stanley Carvalho, Véronique Tison pour le service français

 
Selon le directeur général d'Etisalat, opérateur des Emirats arabes unis qui est en lice pour le contrat, la Libye a gelé un appel d'offres pour gérer son monopole des télécommunications. /Photo d'archives/REUTERS/Jumana El Heloueh