La cession de GVT en sommeil, Vivendi chute en Bourse

vendredi 15 mars 2013 19h12
 

par Leila Abboud et Catherine Monin

PARIS (Reuters) - Le processus de cession de GVT, la filiale brésilienne de Vivendi, se retrouve en sommeil après le retrait de DirecTV, ce qui fait chuter vendredi le titre du groupe français de médias.

"Les offres reçues jusqu'ici ne sont pas satisfaisantes. Or nous avons toujours dit qu'il n'était pas question de brader nos actifs", a déclaré un porte-parole de Vivendi.

"Nous poursuivons notre revue stratégique", a-t-il dit.

Prié de dire si Vivendi pourrait envisager d'introduire GVT en Bourse, le porte-parole s'est refusé à tout commentaire.

Une source au fait du dossier a déclaré à Reuters que "la direction de GVT serait très favorable à cette option".

"Mais", a-t-elle ajouté, "le principal problème reste la valorisation. Il n'est pas certain que Vivendi obtiendrait la valorisation qu'il souhaite avec une IPO."

DirectTV, premier prestataire de télévision par satellite aux Etats-Unis, a fait savoir jeudi soir qu'il n'était plus intéressé par GVT. Le dernier candidat potentiel est un consortium emmené par le fonds KKR.

Des sources au fait du dossier avaient indiqué fin février à Reuters que DirecTV était prêt à aller jusqu'à six milliards d'euros en actions et en numéraire pour reprendre GVT, alors que Vivendi en voulait au moins 7 milliards.   Suite...

 
Jean-Francois Dubos, PDG de Vivendi. Le processus de cession de GVT, la filiale brésilienne de Vivendi, se retrouve en sommeil après le retrait de DirecTV, ce qui fait chuter vendredi le titre du groupe français de médias. /Photo prise le 26 février 2013/REUTERS/Jacky Naegelen