L'international porte la croissance de Gemalto

jeudi 14 mars 2013 19h09
 

PARIS (Reuters) - Gemalto a annoncé jeudi un chiffre d'affaires record l'an passé et anticipe pour 2013 une croissance à deux chiffres grâce à la bonne tenue de ses divisions mobiles et sécurité.

Les marchés asiatiques et les Etats-Unis, "premier pays où Gemalto enregistre une part de son chiffre d'affaires de plus de 10%", porteront la croissance cette année, a souligné le directeur général Olivier Piou lors d'une conférence téléphonique.

Le spécialiste des cartes à puce et des solutions de sécurité numérique a cependant prévenu que sa rentabilité serait pénalisée au premier semestre par une augmentation des investissements.

En Bourse, l'action Gemalto, qui a fait son entrée fin décembre au CAC 40, gagnait 0,5% à 72,51 euros à 11h20, en phase avec l'indice parisien, après avoir perdu plus de 2% en matinée.

"Certains sont un peu déçus par la performance opérationnelle et espéraient mieux au regard de la croissance du groupe", a estimé un vendeur actions à Paris.

Le bénéfice d'exploitation des activités en cours est ressorti à 305 millions d'euros en 2012. L'activité Brevets en particulier a subi une perte opérationnelle de 10 millions d'euros, pénalisée par des reports de contrats dans l'attente de la résolution d'un conflit judiciaire opposant Gemalto à Google.

Le groupe, né de la fusion en 2006 de Gemplus et d'Axalto, a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires des activités en cours de 2,24 milliards d'euros, en hausse de 9% à taux de change constant, conforme au consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Les activités téléphonie mobile, qui représentent près de la moitié du chiffre d'affaires total, ont notamment été soutenues par la montée en puissance de la demande pour les réseaux mobiles de quatrième génération (4G).

UN MARCHÉ DURABLEMENT PORTEUR   Suite...

 
Gemalto, le spécialiste des cartes à puce, publie un chiffre d'affaires record pour 2012 et anticipe pour 2013 une croissance à deux chiffres grâce à la bonne tenue de ses divisions mobiles et sécurité, notamment en Asie et aux Etats-Unis. /Photo d'archives/REUTERS