Facebook présente un fil d'actualités remodelé

jeudi 7 mars 2013 21h46
 

MENLO PARK, Californie (Reuters) - Facebook a présenté jeudi la nouvelle version de son "fil d'actualités", véritable coeur du profil des utilisateurs du réseau social, proposant une interface plus riche visuellement et mieux adaptée aux appareils nomades.

Cette nouvelle version, mise à disposition progressivement à partir de ce jeudi, va permettre de dissocier le fil d'actualités -un flot continu et en évolution constante de photos, de vidéos ou de commentaires publiés par les amis de l'utilisateur- en plusieurs sections, avec des fils distincts pour la musique et les photos.

Alors qu'à l'heure actuelle le fil d'actualités, peu ou prou inchangé depuis la création du site, se présente différemment selon que l'utilisateur se connecte depuis un appareil portable ou un ordinateur, son aspect sera désormais identique quel que soit le support.

Le réseau social fondé et dirigé par Mark Zuckerberg compte sur ce remaniement pour conserver ses utilisateurs, les inciter à rester actifs et interactifs sur le site mais aussi pour séduire les annonceurs, alors qu'il affronte Google sur le marché de la publicité en ligne.

Les deux géants sont confrontés aux mêmes défis et doivent gérer la transition de leurs produits vers les smartphones et les tablettes, qui s'avèrent moins lucratifs que les ordinateurs en termes de publicité en ligne.

Le réseau au plus d'un milliard d'inscrits tente également de reconquérir la confiance d'investisseurs échaudés par son introduction mouvementée en Bourse en mai dernier et de les rassurer sur ses perspectives économiques.

Alexei Oreskovic; Myriam Rivet pour le service français, édité par Véronique Tison

 
Le fondateur et directeur général de Facebook, Mark Zuckerberg. Facebook a présenté jeudi la nouvelle version de son "fil d'actualités", véritable coeur du profil des utilisateurs du réseau social, proposant une interface plus riche visuellement et mieux adaptée aux appareils nomades. /Photo prise le 7 mars 2013/REUTERS/Robert Galbraith