Le bénéfice 2012 de Telefonica déçoit après des dépréciations

jeudi 28 février 2013 10h02
 

MADRID (Reuters) - Telefonica a fait état jeudi d'un bénéfice net pour 2012 en-dessous des attentes, après avoir subi 2,5 milliards d'euros de dépréciations, entre autres sur ses activités en Irlande et sur sa participation dans Telecom Italia.

Le groupe de télécoms espagnol, qui a cédé une partie de ses actifs l'an dernier, a annoncé qu'il comptait ramener sa dette nette en-dessous de 47 milliards d'euros en 2013, après avoir manqué de justesse son objectif de ratio dette nette/bénéfice d'exploitation pour 2012, lequel ressort à 2,36 alors qu'il était fixé à 2,35.

L'endettement net de Telefonica était de 51,3 milliards d'euros fin 2012, contre 56 milliards fin septembre. Le groupe a levé 15 milliards d'euros sur les marchés l'an dernier, ce qui couvre ses remboursements au-delà de 2014.

"En 2013, nous allons poursuivre cette procédure de transformation, nous espérons retrouver notre profil de croissance et améliorer encore l'évolution de nos marges, tandis que nous continuerons à réduire notre endettement", a déclaré dans un communiqué Cesar Alierta, le directeur général.

Les analystes attendaient en moyenne un bénéfice de 4,4 milliards d'euros en 2012 et ne prévoyaient que 800 millions d'euros de dépréciations, liées à la participation de Telefonica dans Telecom Italia et à une dévaluation du bolivar au Venezuela.

Le bénéfice net de 2012 est finalement ressorti à 3,93 milliards d'euros, tandis que le chiffre d'affaires s'est élevé à 62,36 milliards d'euros, pour un consensus le donnant à 62,19 milliards.

Telefonica a rapporté des dépréciations plus élevées, de 949 millions d'euros en ce qui concerne Telecom Italia, et de 417 millions d'euros au Venezuela. Le groupe a en outre enregistré une dépréciation de 513 milliards d'euros sur sa filiale irlandaise.

Le groupe espagnol a répété qu'il paierait un dividende de 0,75 euro par action au titre de 2013, après l'avoir passé l'an dernier, pour la première fois depuis la guerre civile espagnole des années 1930.

Clare Kane; Julien Dury pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

 
Telefonica a dégagé un bénéfice net pour 2012 en-dessous des attentes, après avoir subi 2,5 milliards d'euros de dépréciations, entre autres sur ses activités en Irlande et sur sa participation dans Telecom Italia. /Photo prise le 30 janvier 2013/REUTERS/Albert Gea