France Télécom ne voit pas la guerre des prix faiblir en 2013

mercredi 20 février 2013 15h45
 

par Catherine Monin

PARIS (Reuters) - France Télécom a souffert en 2012 de la concurrence féroce liée à l'irruption sur le marché français de l'opérateur mobile Free, filiale d'Iliad et s'attend à ce que la guerre des prix se poursuive en 2013.

Conséquence de l'arrivée du quatrième entrant, qui a contraint l'ensemble des opérateurs à s'aligner sur sa stratégie de prix bas, France Télécom a vu son revenu moyen par abonné mobile (Arpu) reculer de 10% l'année dernière à 336 euros.

"Nous allons probablement connaître une nouvelle baisse d'au moins 10% de l'Arpu cette année", a déclaré le PDG de France Télécom Stéphane Richard, lors d'une conférence de presse.

De son côté, le directeur financier Gervais Pellissier a reconnu que "la pression sur les prix va sans doute être plus forte en 2013 que nous ne l'avions anticipé au troisième trimestre".

En dépit d'une perte massive de clients observée en début d'année vers Free, dont la part de marché atteignait 6,4% à la fin du troisième trimestre, l'érosion du nombre d'abonnés en téléphonie mobile s'est toutefois stabilisée fin 2012 par rapport à fin 2011 grâce à un ajustement des prix opéré par France Télécom.

MAÎTRISE DES COÛTS

Mais dans ce contexte ultra-concurrentiel, France Télécom "n'a pas d'autre choix" que de poursuivre la "réduction de sa base de coût", a souligné le PDG, qui prévoit malgré tout un cash flow opérationnel supérieur à 7 milliards d'euros en 2013 après avoir tenu l'objectif de 2012 à environ 8 milliards d'euros.

Dans cette optique, France Télécom a pris des mesures sur l'emploi qui lui ont déjà permis d'économiser 174 millions d'euros de coûts salariaux en 2012.   Suite...

 
Le PDG de France Télécom, Stéphane Richard. Le groupe publie un chiffre d'affaires et un bénéfice en recul au quatrième trimestre, toujours pénalisé par l'entrée il y a plus d'un an du quatrième opérateur mobile, Free, filiale d'Iliad, sur le marché français. /Photo prise le 20 février 2013/ REUTERS/Charles Platiau