Quand des Basques assurent la sécurité informatique du FBI

mardi 19 février 2013 14h27
 

par Claude Canellas

BIDART, Pyrénées-Atlantiques (Reuters) - Le FBI, le ministère saoudien de l'Intérieur et, demain, la Chine : une minuscule société basque assure la sécurité informatique d'un nombre croissant d'institutions stratégiques et d'entreprises sensibles dans le monde entier.

Spécialisée dans les logiciels de sécurité et de gestion système pour PC sous Windows, IS Décisions de Bidart (Pyrénées-Atlantiques) réalise avec ses 13 salariés actuels 93% de son activité à l'étranger et connaît une croissance exponentielle.

Le FBI, l'US Air Force, l'US Army, le département américain de la justice, le DEA (police fédérale anti-drogue), IBM, American Express, Boeing, Airbus, L'Oréal, l'Onu, Time Warner ou encore Hewlett-Packard font partie de ses clients.

L'entreprise, qui est nichée au cœur de la technopole Izarbel de Bidart près de Bayonne, a été créée en 2000 et a construit sa réussite sur un carré d'as de logiciels, deux dans le domaine de la sécurité, deux autres dans la gestion système.

Mais la star de l'entreprise est UserLock, avec plus d'un million de licences diffusées dans le monde et qui représente 40% du chiffre d'affaires d'IS Décisions.

"UserLock permet de mettre en place et de respecter la politique d'accès aux réseaux, de protéger et d'assurer une surveillance en temps réel de toute l'activité de connexion et de déconnexion", dit François Amigorena, patron de la PME.

Avec UserLock, IS Décisions a réussi là où beaucoup se cassent les dents, pénétrer des marchés très protégés aux Etats-Unis comme celui du FBI qui vient d'en acquérir 46.000 licences.

"UserLock est une solution unique au niveau mondial. L'US Department of Justice nous fait confiance depuis 2003-2004. Dans le secteur privé, Barclays a également acquis 27.000 licences", souligne le chef d'entreprise.   Suite...

 
Une minuscule société basque assure la sécurité informatique d'un nombre croissant d'institutions stratégiques et d'entreprises sensibles dans le monde entier : le FBI, le ministère saoudien de l'Intérieur et, demain, la Chine. /Photo d'archives/REUTERS