6 février 2013 / 13:47 / il y a 5 ans

Le prêt à Dell illustre la stratégie défensive de Microsoft

En consentant un prêt de deux milliards de dollars à Michael Dell pour qu'il rachète l'entreprise qu'il a fondée, Microsoft cherche à consolider la position de son système d'exploitation Windows et à contrer celui de Google, Android. /Photo d'archives/Ina Fassbender

par Bill Rigby et Poornima Gupta

SEATTLE/SAN FRANCISCO (Reuters) - Le prêt de deux milliards de dollars que Microsoft consent à Michael Dell pour racheter l'entreprise qu'il a fondée illustre la stratégie défensive du groupe de Redmond.

En appuyant la démarche du créateur du troisième fabricant mondial de PC, le géant du logiciel cherche à consolider la position de son système d'exploitation Windows et à contrer celui de Google, Android.

Avec cette contribution au rachat de 24 milliards de dollars de Dell, Microsoft veut peser davantage sur la production de matériel, un changement par rapport à la stratégie du groupe. C'est en se concentrant sur le développement des logiciels qu'il a pu dominer le marché des PC, une stratégie aujourd'hui mise à mal.

Rien ne prouve cependant que ce choix s'avèrera payant, le géant du logiciel risquant de mécontenter les autres fabricants d'ordinateurs.

"Cela ne signifie pas que c'est un mauvais choix, mais il est clairement défensif. Microsoft réalise qu'il doit davantage s'investir dans le matériel qu'il est habitué à le faire, il doit faire des paris et nouer des partenariats", explique Andrew Bartels, analyste chez Forrester Research.

Le groupe, qui a bâti sa fortune en vendant chèrement des logiciels destinés à équiper les PC des autres fabricants, se rapproche d'Apple dont la stratégie intègre étroitement logiciel et matériel.

En 2011, Microsoft a noué un partenariat avec Nokia pour qu'il fabrique des téléphones dotés du système d'exploitation Windows. Un an plus tard, il a investi dans la liseuse Nook de Barnes & Nobles. En octobre 2012, il a lancé son propre ordinateur, sa tablette Surface, une décision qui a déplu à certains fabricants.

Face au déclin des ventes de PC et au succès de l'iPad d'Apple, "Microsoft s'est montré moins conformiste qu'il ne l'était dans le passé", estime Sid Parakh, analyste chez McAdams Wright Ragen. Cette fois, Microsoft a pris davantage de précautions pour ne pas s'aliéner les autres fabricants, en discutant avec eux avant de finaliser l'accord", indiquent des sources proches de Microsoft, et en rejetant une participation directe.

Cela n'a pas empêché le premier fabricant mondial de PC, Hewlett-Packard, de se montrer critique.

Dell "fait face une longue période d'incertitude et de transition qui ne sera pas bénéfique à ses clients", estime HP dans un communiqué, ajoutant que la capacité de Dell à investir dans des produits et des services sera extrêmement limitée avec son endettement.

De son côté, Lenovo a indiqué qu'il préférait se concentrer sur les produits et les clients plutôt que "de se laisser distraire par des manoeuvres financières et des changements majeurs de stratégie".

Microsoft a refusé de commenter les termes du prêt consenti à Dell, mais a clairement indiqué qu'il étudierait "les opportunités de soutien" aux entreprises qui achèteraient Windows sous quelle que forme que ce soit. Ce qui laisse penser que ce prêt n'est pas sa dernière contribution en tant que troisième partie.

Rien ne garantit pour autant que ce prêt permette à Microsoft d'influer sur la stratégie de Dell. Un ancien responsable de Microsoft l'a même jugé inutile.

"Je connais Michael (Dell), il continuera à gérer son empire comme il l'a toujours fait, sans se laisser influencer", estime Joachim Kempin, ancien responsable des relations avec les fabricants de PC chez Microsoft. Il a quitté l'entreprise en 2002.

LA GUERRE DES PLATES-FORMES

Steve Balmer, le directeur général, a expliqué l'an dernier qu'il voyait Microsoft comme un groupe d'"appareils et de services" avec un intérêt clair pour le matériel.

Dell a décidé l'année dernière de concentrer sa stratégie en matière de tablettes sur le système d'exploitation de Microsoft Windows 8, à la différence de Samsung, Asus et Lenovo qui ont misé sur le logiciel Android de Google. Cette semaine, HP a annoncé qu'il fabriquerait un Chromebook, un ordinateur portable fonctionnant avec le système d'exploitation Chrome du premier moteur de recherche mondial.

Les PC perdent du terrain et, face à la montée en puissance des tablettes, les ventes mondiales ont baissé en 2012 pour la première fois depuis une décennie.

Certains analystes pensent qu'en se rapprochant de Dell, Microsoft espère apprendre à mieux vendre aux entreprises et aux particuliers

Pour vendre un ordinateur avec système d'exploitation intégré, Dell est un des meilleurs, assure Michael Cherry, analyste chez Directions on Microsoft, cabinet de consultants indépendants spécialisé en informatique.

Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below