Samsung ne compte pas augmenter l'investissement en 2013

vendredi 25 janvier 2013 13h44
 

Correction. La part de marché d'Apple a légèrement augmenté, selon Strategy Analytics, non l'inverse

par Miyoung Kim

SEOUL (Reuters) - Samsung Electronics n'a pas augmenté son plan d'investissement annuel par rapport à celui de 2012, ce qui marque une note de prudence inédite depuis le déclenchement de la crise financière.

Cette stagnation, programmée dès le quatrième trimestre 2012, prend en compte une baisse de la demande de mémoires pour les PC, un ralentissement du marché des smartphones, et aussi le fait que son client Apple achètera moins de ses microprocesseurs employés dans l'iPhone et l'iPad.

"Le mot clé pour nous pour ce qui concerne l'investissement est souplesse", a déclaré à des analystes Robert Yi, directeur des relations avec les investisseurs de Samsung. "Nous déciderons en fonction de ce que dicte le marché."

Samsung avait augmenté ses investissement tous les ans depuis 2004, à l'exception de 2009, pour faire face à la demande. Au cours du dernier trimestre, il a vendu un volume sans précédent de 700.000 smartphones par jour.

Ses investissements ont atteint le montant record de 23.000 milliards de wons (plus de 16 milliards d'euros) en 2012, en prenant en compte les 4.400 milliards de wons investis et annoncés par Samsung au dernier trimestre.

Le groupe sud-coréen avait cependant dit en octobre qu'il aurait probablement investi 25.000 milliards de wons au total en 2012. Les analystes attendaient pour 2013 une réduction des investissements de 4% à 20%.

"Globalement, sa dynamique financière reste intacte et les livraisons de smartphones continuent d'augmenter même au cours du premier trimestre, habituellement faible, car Samsung a une gamme élargie et Apple semble avoir du mal à augmenter les volume d'iPhone de manière énergique", tempère Lee Se-chul, analyste de Meritz Securities.   Suite...

 
Samsung Electronics n'a pas augmenté son plan d'investissement annuel par rapport à celui de 2012, ce qui marque une note de prudence inédite depuis le déclenchement de la crise financière. /Photo prise le 24 janvier 2013/REUTERS/Kim Hong-Ji