23 janvier 2013 / 14:43 / il y a 5 ans

PagesJaunes renforce sa visibilité sur internet

par Catherine Monin

PARIS (Reuters) - PagesJaunes a annoncé mercredi avoir conclu un partenariat avec Yahoo! France, dernière illustration de la stratégie de développement des activités numériques engagée par le groupe pour compenser le déclin des annuaires imprimés.

"Alors que 80% des achats font au préalable l'objet d'une recherche sur internet, notre partenariat vise à fournir plus d'informations locales aux utilisateurs et amener davantage de trafic vers les professionnels", a expliqué à Reuters le directeur général adjoint du pôle media, Julien Billot.

En vertu de cet accord, les informations locales de la base de données PagesJaunes remonteront de façon privilégiée sur le moteur de recherche, ce qui permettra à l'éditeur d'annuaires d'exposer ses services et ses contenus ailleurs que sur ses propres sites.

"Nous avions déjà noué un partenariat de ce type en 2011 avec Bing, qui nous a permis de recevoir 100 millions de visites supplémentaires, soit environ 10% de notre trafic annuel. C'est pourquoi nous avons décidé de poursuivre l'expérience avec Yahoo! France" a poursuivi Julien Billot.

En contrepartie Yahoo! France et Bing bénéficient de la légitimité de l'offre locale de PagesJaunes et renforcent ainsi la pertinence de leurs moteurs de recherches.

Engagé depuis 2006 dans une transformation à marche forcée vers le numérique, le groupe affiche une constante accélération de la croissance de ses activités internet et a franchi une étape symbolique en 2011 en dégageant plus de la moitié de ses revenus sur le web.

PARTENARIATS STRATÉGIQUES EN SÉRIE

Outre la recherche d'un gain de visibilité sur internet, la stratégie numérique du groupe passe par le renforcement des relations entre utilisateurs et professionnels en développant des plates-formes de mises en contact, secteur d'activité par secteur d'activité.

Dans cette logique, PagesJaunes à encore multiplié les acquisitions au cours des dernières années, dont la dernière en date est celle de Chronoresto, en janvier 2013, spécialiste de la commande de repas sur internet.

PagesJaunes compte en outre sur la forte progression de l'audience de ses offres sur téléphones portables. Son application PagesJaunes a été en 2012 la troisième parmi les 10 applications gratuites les plus téléchargées en France sur l'iPhone d'Apple, et son site de géolocalisation Mappy arrive en deuxième position sur les tablettes de la marque à la pomme.

En 2012, la part des activités numériques de l'éditeur d'annuaires imprimés et en ligne, qui touche tous les mois 20 millions d'utilisateurs et compte 700.000 annonceurs, représentait quasiment 60% de ses recettes totales, contre un peu moins de 30% en 2006, a souligné Julien Billot. Le groupe a également noué dernièrement des partenariats avec de grands noms du web, comme Alice ADSL, Free ou encore MSN.

PAGESJAUNES ENVISAGE DES PETITES ACQUISITIONS

"Nos activités numériques pèsent désormais plus de 600 millions d'euros de revenus", a précisé Julien Billot. "Nous sommes désormais l'un des 10 plus gros acteurs mondiaux en termes de revenus publicitaires réalisés sur internet".

Dans ce contexte, PagesJaunes se montre optimiste pour l'année à venir en dépit des prévisions annonçant de faibles investissements publicitaires sur le web. Selon une étude publiée la semaine dernière par l'Observatoire de l'e-pub SRI, le marché de la publicité sur internet devrait connaître un rythme de croissance d'environ 5% en 2013.

"Cela fait plusieurs trimestres que nos activités numériques connaissent une croissance plus rapide que la moyenne du marché français. Nous sommes confiant sur le fait que plus des deux tiers de nos recettes seront générés par internet à l'horizon 2014."

Mais, jusqu'ici, ces progrès vers la migration sur internet avaient été largement occultés en Bourse par les inquiétudes concernant le niveau élevé de la dette de l'entreprise - d'environ 1,7 milliard d'euros fin juin - qui ont fait fondre la capitalisation boursière du groupe de 33% en 2012.

Le groupe, qui a trouvé en novembre un accord sur le refinancement de sa dette, en contrepartie du remboursement d'environ 680 millions de créances, ne s'interdit pourtant pas de nouvelles acquisitions.

"Notre accord n'altère pas notre capacité d'investissement, assure pourtant Julien Billot. Nous pouvons continuer notre stratégie d'acquisition, même si elles portent sur de petits montants."

En Bourse, PagesJaunes reculait de 1,26% à 2,35 euros vers 15h15, faisant ressortir une capitalisation de plus de 660 millions d'euros. Au même moment, l'indice SBF 120 cédait 0,45%.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below