Apple contraint de réduire sa commande d'écrans d'iPhone 5

lundi 14 janvier 2013 12h57
 

(Reuters) - Apple a presque diminué de moitié ses commandes d'écrans à cristaux liquides pour iPhone 5 pour le trimestre en cours en raison d'une faible demande, rapporte le Nikkei lundi, nouveau signe de la perte de vitesse du géant américain face à la concurrence asiatique.

Apple a demandé à ses fournisseurs Japan Display, Sharp et à l'entreprise sud-coréenne LG, de réduire quasiment de moitié leur production de LCD, initialement prévue à 65 millions d'unités au premier trimestre, écrit le quotidien japonais.

Les commandes d'autres composants du smartphones ont également été revues à la baisse, ajoute le journal.

L'usine de Japan Display de Nomi, dans la préfecture d'Ishikawa au Japon, où le fabricant d'iPhone a investi lourdement, devrait réduire sa production de 70-80% par rapport au dernier trimestre 2012, peut-on lire.

La fabrique d'écrans LCD pour iPhone 5 de Sharp, située dans la préfecture de Mie, diminuera elle sa production de 40% en janvier et février par rapport à la période d'octobre à décembre 2012, où elle produisait pratiquement au maximum de ses capacités, est-il ajouté.

En ce jour férié au Japon, aucun porte-parole Sharp n'était disponible, des fournisseurs taïwanais interrogés n'ont pas souhaité faire de commentaire et avec le décalage horaire, il n'était pas possible d'obtenir de réaction de la part d'Apple dans l'immédiat.

LA CONCURRENCE DE SAMSUNG

Si cette information se vérifie, elle confirmera l'opinion des analystes qui s'attendent à des ventes d'iPhone 5, lancé en septembre, inférieures aux prévisions.

Apple a perdu du terrain sur le segment des smartphones - évalué à 200 milliards de dollars - face essentiellement à son rival sud-coréen Samsung mais aussi face à de plus petits concurrents chinois tels que Huawei et ZTE.   Suite...

 
Apple a presque diminué de moitié ses commandes d'écrans à cristaux liquides pour iPhone 5 pour le trimestre en cours en raison d'une faible demande, rapporte lundi le Nikkei. /Photo d'archives/REUTERS/David Gray