Nokia et RIM règlent l'ensemble de leurs contentieux

vendredi 21 décembre 2012 11h28
 

HELSINKI (Reuters) - Nokia a réglé avec Research in Motion les contentieux portant sur des brevets en échange d'une indemnisation, le groupe finlandais cherchant à exploiter cette manne de brevets afin d'améliorer sa situation financière.

Le fabricant de mobiles finlandais a dit vendredi que les modalités de l'accord restaient confidentielles mais qu'il comportait un paiement exceptionnel qui serait comptabilisé au quatrième trimestre, ainsi que des redevances, tout cela étant réglé par RIM.

Cet accord règle tous les contentieux de brevets en cours entre les deux sociétés. En revanche, les différends subsistent, avec HTC et ViewSonic, a précisé Nokia.

Nokia est l'un des acteurs les mieux dotés en brevets et a investi 45 milliards d'euros dans la recherche-développement au cours des deux dernières décennies.

Le groupe finlandais souhaite tirer profit de cet héritage afin d'assurer sa survie dans un contexte de baisse de ses ventes et de manque de liquidité.

Nokia tente de regagner des parts de marché dans le secteur rentable des smartphones dominé par Apple et Samsung.

"Cet accord prouve la supériorité du portefeuille de brevets de Nokia et nous permet de nous concentrer sur d'avantage d'opportunité de licences dans le marché des télécommunications mobiles", a déclaré Paul Melin, responsable de la propriété intellectuelle chez Nokia.

Nokia tire environ 500 millions d'euros par an de ses brevets.

Certains analystes estiment que Nokia pourrait gagner des centaines de millions d'euros supplémentaires en négociant avec d'autres entreprises.

Vers 11h00, le titre Nokia cédait 2,97% à 3,074 euros alors que l'indice regroupant les valeurs technologiques européennes perdait 1%. Depuis le début de la semaine, la valeur reste encore en hausse de près de 5%.

Ritsuko Ando; Constance de Cambiaire pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

 
Nokia a réglé avec Research in Motion les contentieux portant sur des brevets en échange d'une indemnisation, le groupe finlandais cherchant à exploiter cette manne de brevets afin d'améliorer sa situation financière. /Photo d'archives/REUTERS/Bob Strong