Instagram relance le débat sur les données personnelles en ligne

mercredi 19 décembre 2012 16h13
 

par Gerry Shih et Alexei Oreskovic

SAN FRANCISCO (Reuters) - Le réseau social de partage d'images Instagram a relancé le débat sur le respect des données personnelles des internautes par les réseaux sociaux en repoussant les limites des obligations et des engagements imposés à ses membres.

Dans ses nouvelles conditions d'adhésion à son service, publiées cette semaine, la filiale de Facebook s'autorise notamment à faire un usage commercial des photos de ses utilisateurs et leur donne jusqu'au 16 janvier pour les accepter ou se désabonner.

Des dispositions immédiatement critiquées, à la fois par des juristes et des associations de consommateurs.

Instagram, qui compte quelque 100 millions d'utilisateurs, cherche sans doute ainsi à s'assurer de futures sources de revenus publicitaires qui le conduiraient à laisser des annonceurs utiliser les images ou les données personnelles de ses adhérents sans rémunérer ces derniers.

"Je pense que Facebook utilise probablement Instagram pour voir jusqu'où ils peuvent pousser ce modèle publicitaire. S'ils conservent de nombreux utilisateurs, ceux-ci auront alors accepté que leurs images soient utilisées dans des publicités", précise-t-il.

Ce risque a déjà conduit le magazine National Geographic à suspendre toute nouvelle publication sur la plate-forme en se disant "très inquiet de la direction prise par les nouvelles conditions proposées pour l'utilisation du service".

L'avalanche de protestations suscitée sur le web mardi a conduit l'entreprise à publier un long article de "clarification" dans lequel son PDG, Kevin Systrom, déclare qu'Instagram n'a pas l'intention d'intégrer des photos prises par ses utilisateurs dans des publicités.

La société s'est refusée à tout autre commentaire.   Suite...

 
L'application de partage d'images Instagram, rachetée par Facebook, a relancé le débat sur le respect des données personnelles des internautes par les réseaux sociaux en repoussant les limites des obligations et des engagements imposés à ses membres. Elle s'autorise notamment à faire un usage commercial des photos de ses utilisateurs. /Photo prise le 9 avril 2012/REUTERS/Fred Prouser