Le gouvernement serait inquiet pour les brevets d'Alcatel-Lucent

lundi 17 décembre 2012 08h38
 

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français craint qu'Alcatel-Lucent ne perdre la propriété de ses brevets suite à l'accord de crédit de 1,6 milliard d'euros conclu par l'équipementier télécoms avec Crédit suisse et Goldman Sachs, rapporte lundi le journal Les Echos.

Alcatel-Lucent a annoncé vendredi un accord portant sur des facilités de crédit de premier rang garanties, entre autres, par le portefeuille de propriété intellectuelle du groupe, qui détient près de 29.000 brevets.

Selon Les Echos, le gouvernement craint que ce gage ne permette aux banquiers de s'emparer de brevets estimés à 5,0 milliards d'euros, si Alcatel-Lucent n'honore pas son prêt.

La ministre déléguée à l'économie numérique Fleur Pellerin a multiplié les contacts informels afin de mettre d'accord Bercy, l'Elysée, Matignon et la Caisse des Dépôts (CDC), précise le journal.

Bercy travaille sur deux pistes, selon le quotidien. La première consisterait à faciliter des cessions d'actifs supplémentaires, dans l'activité entreprise ou dans les communications sous-marines. La deuxième porterait sur la création d'un consortium de valorisation des brevets, qui pourrait accueillir des industriels américains et permettrait notamment au groupe de demeurer copropriétaire des brevets.

Alcatel-Lucent n'a pas souhaité faire de commentaire.

Selon des données Thomson Reuters, la CDC détient 3,6% du capital d'Alcatel-Lucent.

Alexandre Boksenbaum-Granier avec Leila Abboud, édité par Pascale Denis

 
<p>Le gouvernement fran&ccedil;ais craint qu'Alcatel-Lucent ne perdre la propri&eacute;t&eacute; de ses brevets suite &agrave; l'accord de facilit&eacute; de cr&eacute;dit de 1,6 milliard d'euros conclu par l'&eacute;quipementier t&eacute;l&eacute;coms avec Cr&eacute;dit suisse et Goldman Sachs, rapporte lundi le journal Les Echos. /Photo prise le 28 f&eacute;vrier 2012/REUTERS/Albert Gea</p>