December 4, 2012 / 1:57 PM / 5 years ago

Les pratiques de Facebook au centre d'un recours en Irlande

5 MINUTES DE LECTURE

<p>Un groupe d'&eacute;tudiants autrichiens a annonc&eacute; mardi son intention de contester en justice les d&eacute;cisions du r&eacute;gulateur irlandais concernant la protection des donn&eacute;es personnelles de millions de membres du r&eacute;seau social Facebook. Le si&egrave;ge international du g&eacute;ant des r&eacute;seaux sociaux est en Irlande. /Photo d'archives/Thomas Hodel</p>

par Georgina Prodhan

VIENNE (Reuters) - Un groupe d'étudiants autrichiens a annoncé mardi son intention de contester en justice les décisions du régulateur irlandais concernant la protection des données personnelles de millions de membres du réseau social Facebook.

"Europe-v-Facebook" mène campagne depuis plus d'un an pour une meilleure protection des données personnelles sur Facebook et a déjà déposé 22 plaintes contre le géant des réseaux sociaux, dont le siège international est en Irlande.

Les étudiants autrichiens ont déjà obtenu quelques concessions, comme le retrait en Europe de l'outil de reconnaissance faciale développé par le site.

Mais considérant que les efforts consentis par le réseau social sont insuffisants, ils se disent en outre déçus par les réponses obtenues du régulateur irlandais, le Commissaire à la protection des données irlandaise (DPC).

Les étudiants s'interrogent notamment sur le fait que la reconnaissance faciale n'ait été retirée qu'en Europe quand le siège irlandais de Facebook concerne tous les utilisateurs à l'exception de ceux situés aux Etats-Unis et au Canada.

"Les Irlandais n'ont évidemment pas un grand intérêt politique à se confronter à ces entreprises, car ils sont clairement dépendants des emplois qu'elles créent", a déclaré à Reuters le fondateur de Europe-v-facebook, Max Schrems.

Le vice-commissaire irlandais à la protection des données a de son côté nié qu'un investissement du géant des réseaux sociaux en Irlande ait influencé la régulation à laquelle l'entreprise est soumise.

"Nous avons géré cela de manière très professionnelle et nous avons provoqué d'importants changements dans la gestion des données personnelles par Facebook", a déclaré Gary Davies à Reuters.

PUBLICITÉ CIBLÉE

"Le dernier rapport en date du DPC démontre non seulement que Facebook adhère au droit européen en matière de protection des données mais aussi qu'il va au-delà par la recherche des meilleures pratiques", a réagi un porte-parole de l'entreprise.

"Nous avons néanmoins quelques détracteurs bruyants qui ne seront jamais satisfaits, quoi que nous fassions et quelles que soient les conclusions du DPC."

Selon Europe-v-Facebook, quelque 40.000 utilisateurs de Facebook ayant réclamé une copie des données que conserve le réseau social n'ont toujours rien reçu, plusieurs mois après avoir formulé leur demande.

L'entreprise de Mark Zuckerberg est également poursuivie aux Etats-Unis où elle fait l'objet d'un recours collectif pour violation de la vie privée de ses utilisateurs à travers la diffusion publique des 'j'aime' - très utilisés par les annonceurs pour leur publicités ciblées - sans donner aux membres du réseau le possibilité de s'y opposer.

Cette action en justice participe des nombreux recours engagés à l'encontre des géants de l'internet.

L'Union européenne a récemment demandé a Google, par exemple, de modifier sa politique de protection des données, le moteur de recherche récoltant les données de ses utilisateurs au sein de ses différents services dont YouTube, gmail et Google+, ce contre quoi les utilisateurs ne peuvent rien.

Facebook tente de faire face à un ralentissement de la croissance de son chiffre d'affaires en améliorant ses revenus publicitaires par des campagnes plus ciblées, ce qui implique une meilleure définition des profils de ses utilisateurs.

De leur côté, les investisseurs semblent perdre patience face à une chute du titre de 40% en valeur depuis son introduction record à 104 milliards de dollars (80 milliards d'euros) en mai.

avec Conor Humphries à Dublin; Agathe Machecourt pour le service français, édité par Gilles Trequesser

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below