Telecom Italia n'exclut pas une offre de reprise de GVT

mardi 13 novembre 2012 20h19
 

par Steve Scherer

ROME (Reuters) - Telecom Italia envisage une offre de rachat de l'opérateur brésilien GVT, propriété du français Vivendi, a déclaré mardi son administrateur délégué, au lendemain de la proposition d'un investisseur égyptien d'injecter plusieurs milliards d'euros dans le capital de l'ex-monopole italien.

Vivendi espère tirer jusqu'à sept milliards d'euros de la cession de GVT et a reçu des marques d'intérêt d'au moins quatre acheteurs potentiels, dont Telecom Italia, a-t-on appris la semaine dernière de deux sources au fait du dossier.

Lundi, l'homme d'affaires égyptien Naguib Sawiris a proposé d'investir au capital de Telecom Italia par le biais d'une augmentation de capital, une opération qui lui permettrait de reprendre pied sur le marché italien un an après avoir vendu Wind, le numéro trois de la téléphonie mobile dans la péninsule.

Telecom Italia a déclaré lundi qu'il étudierait la proposition de Naguib Sawiris mais aucune des deux parties n'a révélé le montant de l'investissement potentiel de l'investisseur égyptien, ni ses objectifs.

La presse italienne a évoqué un chiffre de quatre milliards d'euros en expliquant que l'opération pourrait aider Telecom Italia à financer une offre sur GVT.

"GVT est un opérateur fixe et, au Brésil, nous détenons déjà le deuxième opérateur mobile, donc c'est certainement quelque chose à regarder, tout comme nous regardons d'autres dossiers", a dit Marco Patuano, l'administrateur délégué du groupe italien, mardi.

QUELLE RÉACTION DE TELEFONICA ?

Prié de dire si son groupe envisageait une augmentation de capital selon les modalités proposées par Naguib Sawiris, il a répondu: "A ce stade, elle n'est pas nécessaire."   Suite...

 
<p>Telecom Italia envisage une offre de rachat de l'op&eacute;rateur br&eacute;silien GVT, propri&eacute;t&eacute; du fran&ccedil;ais Vivendi, a d&eacute;clar&eacute; mardi son administrateur d&eacute;l&eacute;gu&eacute;, au lendemain de la proposition d'un investisseur &eacute;gyptien d'injecter plusieurs milliards d'euros dans le capital de l'ex-monopole italien. /Photo prise le 12 novembre 2012/REUTERS/Alessandro Bianchi</p>