France Télécom sabre le dividende

jeudi 25 octobre 2012 11h51
 

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - France Télécom a annoncé jeudi anticiper une année 2013 plus difficile que prévu sous le coup d'une conjoncture économique délicate et de la guerre des prix dans le mobile en France, ce qui le conduit à réduire fortement sa prévision de dividende pour 2012 et 2013.

Le titre a débuté la séance en forte baisse à la Bourse de Paris, reculant jusqu'à 9,025 euros, son niveau le plus bas depuis fin octobre 2002, avant de réduire ses pertes pour afficher un recul de 1,5% à 9,177 euros à 11h20.

"La baisse du dividende était en grande partie intégrée, et l'on se doutait bien qu'avec un cours autour de 9 euros et un environnement aussi concurrentiel, le groupe ne pourrait pas maintenir un dividende de 1,40 euro", explique Renaud Murail, gérant chez Barclays Bourse.

Le premier opérateur télécoms en France anticipe un recul de son cash flow opérationnel pour l'an prochain, qui sera supérieur à 7 milliards d'euros, soit une diminution d'environ un milliard par rapport aux 8 milliards attendus pour 2012.

France Télécom prévoit de distribuer un dividende d'au moins 80 centimes d'euro par action au titre de 2012 et 2013, contre 1,40 euro versé au titre du précédent exercice.

Le groupe avait annoncé dès février qu'il prévoyait d'ajuster sa politique de dividende qui devait initialement être compris entre 40% et 45% du cash flow opérationnel de l'exercice ; soit une fourchette pour cette année comprise entre 1,21 et 1,35 euro, avait indiqué le groupe à l'époque.

Même avec un dividende ramené à 80 centimes, l'action France Télécom restera une valeur de rendement, offrant un retour de 9%, souligne Renaud Murail, rappelant également que le cours a dégringolé de plus de 23% depuis le début de l'année et l'arrivée du nouvel opérateur Free mobile (Iliad).

"Pour 2013, on a un environnement plus difficile qu'initialement anticipé", a expliqué le directeur financier Gervais Pellissier lors d'une conférence de presse téléphonique, évoquant la baisse significative des prix sur le marché du mobile en France provoquée par l'arrivée du quatrième entrant.   Suite...

 
<p>Gervais Pellissier, directeur financier de France T&eacute;l&eacute;com. Le premier op&eacute;rateur t&eacute;l&eacute;coms en France anticipe un recul de son cash flow op&eacute;rationnel &agrave; au moins 7 milliards d'euros pour l'an prochain, soit une diminution d'environ un milliard par rapport aux 8 milliards attendus pour 2012. /Photo d'archives/REUTERS/Mal Langsdon</p>