Facebook redresse la barre au 3e trimestre grâce au mobile

mercredi 24 octobre 2012 08h02
 

SAN FRANCISCO (Reuters) - L'action Facebook a bondi de près de 13% mardi après la clôture du Nasdaq, les investisseurs saluant la croissance plus soutenue que prévu des recettes publicitaires tirées des applications mobiles au troisième trimestre.

Le réseau social a annoncé qu'il tirait à présent 14% de ses recettes publicitaires des publicités sur supports mobiles tels que les tablettes et smartphones.

Ces recettes ont totalisé environ 150 millions de dollars sur la période juillet-septembre, contre 40 à 50 millions estimés au deuxième trimestre. Elles étaient pratiquement nulles au premier trimestre.

"Voilà qui contredit l'opinion la plus pessimiste, qui était que Facebook ne pouvait pas faire de l'argent sur les téléphones et les tablettes", a commenté Colin Sebastian, analyste de Robert Baird.

"En six mois à peu près, il a réussi à tirer des recettes raisonnables de ses applications mobiles", a-t-il ajouté, soulignant cependant que le réseau social devait encore démontrer que les recettes publicitaires mobiles pouvaient croître à un rythme comparable à celui de la publicité traditionnelle.

L'évolution des recettes publicitaires mobiles est l'un des principaux motifs de préoccupation des investisseurs vis-à-vis de Facebook, et l'une des causes de la chute de son cours de Bourse depuis son introduction en Bourse en mai, qui a amputé de 40 milliards de dollars de capitalisation boursière.

"MYTHE"

Mark Zuckerberg, le cofondateur et directeur général du groupe, a déclaré mardi que le mobile était "l'aspect le plus mal compris" de l'entreprise et a qualifié de "mythe" l'opinion selon laquelle le groupe ne pouvait pas gagner d'argent sur ce segment.

Facebook a eu du mal à opérer la transition vers les matériels mobiles alors même que ses usagers accèdent de plus en plus au réseau social par le biais de leurs smartphones.   Suite...

 
<p>Les recettes publicitaires g&eacute;n&eacute;r&eacute;es par les applications mobiles ont permis &agrave; Facebook d'engranger quelque 150 millions de dollars au troisi&egrave;me trimestre, contre 40 &agrave; 50 millions estim&eacute;s au deuxi&egrave;me trimestre. Elles &eacute;taient pratiquement nulles au premier trimestre. /Photo d'archives/REUTERS/Suzanne Plunkett</p>