Paris rappelle que Free devra déployer son propre réseau mobile

mardi 9 octobre 2012 22h17
 

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a rappelé mardi soir que Free, la filiale d'Iliad, qui a débarqué en début d'année sur le marché de la téléphonie mobile et bousculé la concurrence, devra à terme déployer son propre réseau de téléphonie mobile dans les grandes villes.

"Le gouvernement considère qu'en dehors des zones les moins denses du territoire, le déploiement par chaque opérateur de son propre réseau doit être la règle, y compris pour le dernier entrant", écrivent dans un communiqué Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, et Fleur Pellerin, ministre déléguée en charge de l'Economie numérique, en allusion à Free, qui utilise actuellement le réseau d'Orange via un contrat d'itinérance vivement critiquée par ses concurrents.

"En particulier, le recours à l'itinérance ne saurait servir de modèle économique et ne peut donc se concevoir que de manière transitoire, en tous cas dans les zones denses."

Free, dont le contrat d'itinérance avec France Télécom arrivera à échéance en 2018, s'est d'ores déjà engagé à accélérer le déploiement de son propre réseau.

Le groupe, qui a toujours considéré ce contrat d'itinérance comme un "mal nécessaire", entend ainsi disposer de 2.500 antennes actives d'ici la fin de l'année, contre un millier actuellement.

Il prévoit pour ce faire d'engager près de 250 millions d'euros d'investissements supplémentaires en 2012, réaffirmant son objectif d'investir au total un milliard d'euros dans son réseau d'ici à 2018.

Le gouvernement s'était engagé en juillet à présenter dès la rentrée des mesures de soutien aux opérateurs télécoms afin de relancer les investissements et d'éviter les licenciements chez SFR, filiale de Vivendi et Bouygues Telecom, filiale de Bouygues, qui affrontent des conditions économiques plus difficiles et l'arrivée de Free.

Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin veulent inciter les opérateurs à investir pour déployer leur réseau, notamment dans le très haut débit (4G).

"Le gouvernement et l'Arcep étudient conjointement dans quelle mesure une ouverture prochaine pourrait le cas échéant être compatible avec le bon fonctionnement du secteur", expliquent les deux ministres à propos de l'ouverture des fréquences 1.800 Mhz à la 4G.   Suite...

 
<p>Xavier Niel, vice-pr&eacute;sident d'Iliad. Le gouvernement fran&ccedil;ais a rappel&eacute; mardi soir que Free, la filiale d'Iliad, qui a d&eacute;barqu&eacute; en d&eacute;but d'ann&eacute;e sur le march&eacute; de la t&eacute;l&eacute;phonie mobile et bouscul&eacute; la concurrence, devra &agrave; terme d&eacute;ployer son propre r&eacute;seau de t&eacute;l&eacute;phonie mobile dans les grandes villes. /Photo prise le 10 janvier 2012/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>