Hewlett-Packard s'attend à un exercice 2013 difficile

mercredi 3 octobre 2012 20h17
 

SAN FRANCISCO (Reuters) - Hewlett-Packard a annoncé mercredi s'attendre à de nouvelles difficultés au cours de son exercice fiscal 2013, un pronostic qui a fait chuter son cours de Bourse à son plus bas niveau depuis presque dix ans.

La directrice générale du groupe informatique américain, Meg Whitman, troisième personne à occuper ce poste en trois ans, a estimé que l'instabilité à la tête de l'entreprise était, avec le ralentissement économique mondial, en grande partie responsable de ses déboires.

Meg Whitman, qui a succédé à Leo Apotheker, essaie de relancer HP grâce à un plan de licenciements, de réduction des coûts et de développement dans des secteurs à fort potentiel à long terme, comme les services informatiques aux entreprises.

Les onze mois de Leo Apotheker à la tête du groupe ont été marqués par une série de départs, dont celui du responsable réseaux Marius Haas.

"J'ai le sentiment que la plus grande difficulté à laquelle a été confrontée Hewlett-Packard a été la valse de ses directeurs, qui a entraîné de nombreux choix stratégiques incohérents et pour le dire franchement, de grosses erreurs d'exécution", a dit Meg Whitman aux investisseurs assistant à une conférence à San Francisco.

"C'est important car par conséquent, il va nous falloir plus de temps de remettre ce bateau en état de naviguer que ce que nous voudrions tous", a-t-elle ajouté.

Le directeur financier du groupe informatique a indiqué de son côté que le chiffre d'affaires devrait reculer d'une année sur l'autre dans l'ensemble des divisions à l'exception des logiciels.

L'exercice fiscal 2013 "sera une nouvelle année difficile pour HP", a-t-il dit.

Il a précisé que 26.000 personnes devraient avoir quitté le groupe d'ici la fin de l'exercice.   Suite...

 
<p>Hewlett-Packard a annonc&eacute; mercredi s'attendre &agrave; de nouvelles difficult&eacute;s au cours de son exercice fiscal 2013, un pronostic qui a fait chuter son cours de Bourse de de 8,4% &agrave; 16h24 GMT, &agrave; son plus bas niveau depuis pr&egrave;s de dix ans. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse</p>