L'iPhone 5 lancé en fanfare malgré les couacs de Plans

vendredi 21 septembre 2012 13h50
 

par Jane Wardell et Tim Kelly

SYDNEY/TOKYO (Reuters) - Les fans de l'iPhone d'Apple ont comme attendu afflué vendredi dans les magasins qui commercialisent l'iPhone 5, mais la sortie savamment orchestrée du nouveau smartphone a été perturbée par les multiples ratés du nouveau logiciel de cartographie du groupe américain.

Après quelques heures seulement de commercialisation, les opérateurs mobiles d'Asie et d'Australie faisaient état d'une demande sans précédent, qui pourrait mettre à l'épreuve les capacités de production d'Apple.

Le groupe avait enregistré plus de deux millions de réservations en 24 heures après la présentation de cet iPhone le 12 septembre, soit le double de celles reçues pour le 4S l'an dernier.

Son grand concurrent Samsung, qui est aussi l'un de ses grands fournisseurs de composants, s'est efforcé de gâcher la fête en annonçant qu'il inclurait le nouveau modèle dans ses plaintes pour violation de brevets.

Apple et Samsung s'affrontent par tribunaux interposés dans 10 pays. Cette bataille de procédures met en jeu le droit de la propriété intellectuelle et chacune des parties veut la gagner coûte que coûte car la suprématie sur le marché des smartphones pourrait bien en dépendre.

L'iPhone 5 se caractérise par un écran plus large, de quatre pouces (10,16 cm) de diagonale et un poids nettement réduit par rapport au 4S, ainsi que par plusieurs nouvelles versions des logiciels qui l'équipent, dont l'application de cartographie Maps (Plans en français) désormais développée en interne par Apple.

Mais Maps est loin de faire l'unanimité, de nombreux utilisateurs critiquant ses multiples erreurs géographiques et ses lacunes.

UNE FILE DE 600 PERSONNES À SYDNEY   Suite...

 
<p>File d'attente de consommateurs d&eacute;sireux d'acqu&eacute;rir l'iPhone 5 devant une enseigne d'Apple &agrave; Tokyo. Le nouveau smartphone d'Apple est en vente depuis ce vendredi sur une bonne partie de la plan&egrave;te, dont la France. /Photo prise le 21 septembre 2012/REUTERS/Yuriko Nakao</p>