Chute de 24% des ventes trimestrielles de matériel d'Oracle

vendredi 21 septembre 2012 07h39
 

BOSTON (Reuters) - Oracle a fait état jeudi d'un plongeon de 24% de ses ventes de matériel informatique au cours du premier trimestre de son exercice fiscal, signe des difficultés persistantes qu'il rencontrer pour redresser ces activités, intégrées lors du rachat de Sun Microsystems.

Le chiffre d'affaires de la division est tombé à 779 millions de dollars (601 millions d'euros) sur la période juin-août. Le groupe américain prévoyait un recul de 7% à 17%.

"C'est un marché très concurrentiel et il n'y a pas beaucoup de demande forte", a commenté Andrew Martels, analyste de Forrester Research.

Les concurrents d'Oracle sur ce segment, parmi lesquels se trouvent Cisco, Dell, Hewlett-Packard et IBM, prennent des parts de marché à Oracle, explique-t-il.

De son côté, Trip Chowdhry, analyste de Global Equities Research, a déclaré avoir observé des signes d'amélioration du marché en août après deux mois "terribles".

Oracle a parallèlement annoncé une hausse de 6% de ses ventes de nouveaux logiciels, à 1,6 milliard de dollars, une progression conforme à ses attentes.

Oracle a réorganisé ses activités de ventes aux Etats-Unis, son premier débouché, après le départ du vice-président exécutif en charge de celles-ci, Keith Block.

En juin, lors de la présentation des résultats du trimestre précédent, le numéro trois mondial du logiciel avait dit prévoir une croissance de zéro à 10% de ses ventes de nouvelles licences.

Les investisseurs surveillent attentivement l'évolution de ces ventes, qui génèrent des revenus récurrents et à forte marge liés à la maintenance du parc installé.   Suite...

 
<p>Oracle a fait &eacute;tat jeudi d'un plongeon de 24% de ses ventes de mat&eacute;riel informatique au cours du premier trimestre de son exercice fiscal, signe des difficult&eacute;s persistantes qu'il rencontrer pour redresser ces activit&eacute;s, int&eacute;gr&eacute;es lors du rachat de Sun Microsystems. /Photo d'archives/REUTERS/Robert Galbraith</p>