Derniers arguments pré-délibérations au procès Apple/Samsung

mercredi 22 août 2012 11h10
 

par Dan Levine et Poornima Gupta

SAN JOSE, Californie (Reuters) - Le jury chargé de trancher le conflit entre Apple et Samsung Electronics doit entamer mercredi ses délibérations, au lendemain d'une audience qui a permis aux deux géants du téléphone portable d'échanger leurs derniers arguments.

Apple, qui mène une véritable guerre au système d'exploitation mobile Android, a une nouvelle fois accusé Samsung d'avoir copié nombre de ses innovations.

L'avocat de Samsung Charles Verhoeven a répliqué en tentant de convaincre les jurés qu'un jugement favorable à Apple pourrait freiner la concurrence et pénaliser les consommateurs.

"Plutôt que de se battre sur le marché, Apple cherche à obtenir en justice un avantage concurrentiel", a-t-il ajouté. "(Apple pense) être en droit de détenir un monopole sur un écran rectangle aux angles arrondis doté d'un écran large. C'est vraiment incroyable!"

L'enjeu du conflit qui oppose les deux groupes au sujet de multiples brevets est en fait la suprématie sur le marché mondial des smartphones, dont ils détiennent ensemble plus de 50%.

Une victoire d'Apple pourrait avoir un impact sur l'ensemble du secteur car les téléphones portables de Samsung utilisent le système d'exploitation Android développé par Google, adopté par de nombreux autres industriels.

Avant son décès l'an dernier, le cofondateur d'Apple Steve Jobs avait déclaré à son biographe vouloir mener une guerre "thermonucléaire" contre Android.

Si le jury conclut que Samsung a violé des brevets détenus par Apple, la juge Lucy Koh, qui préside les audiences depuis bientôt quatre semaines, pourrait interdire la vente de plusieurs produits du sud-coréen aux Etats-Unis.   Suite...

 
<p>Le jury charg&eacute; de trancher le conflit entre Apple et Samsung Electronics doit entamer ses d&eacute;lib&eacute;rations ce mercredi, au lendemain d'une audience qui a permis aux deux g&eacute;ants du t&eacute;l&eacute;phone portable d'&eacute;changer leurs derniers arguments. /Photo d'archives/REUTERS/Win McNamee</p>