Sites officiels britanniques visés par des "hackers" pro-Assange

mardi 21 août 2012 18h47
 

LONDRES (Reuters) - Des "hackers" ont pris pour cible des sites gouvernementaux britanniques ces dernières 24 heures après l'annonce par le groupe Anonymous d'une série d'attaques destinées à soutenir Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, a annoncé le gouvernement.

Les services du Premier ministre, David Cameron, et du Home Office (ministère de l'Intérieur), ont précisé que les tentatives de piratages de leurs sites respectifs avaient échoué ou n'avaient causé que de légères perturbations.

Le ministère de la Justice a, en revanche, reconnu que les attaques avaient perturbé le fonctionnement de son site. "Il s'agit d'un site destiné à informer le public, qui ne contient aucun renseignement d'ordre confidentiel", a expliqué une porte-parole du ministère de la Justice.

Tous les sites concernés fonctionnaient normalement mardi après-midi.

L'Equateur a accordé jeudi l'asile politique à Julian Assange, mais l'ancien "hacker" australien est toujours retranché à l'ambassade équatorienne à Londres, la Grande-Bretagne entendant l'extrader en Suède où il doit être entendu au sujet d'accusations de viol et d'agression sexuelle présumés.

Michael Holden; Julien Dury pour le service français

 
<p>Des "hackers" ont pris pour cible des sites gouvernementaux britanniques ces derni&egrave;res 24 heures apr&egrave;s l'annonce par le groupe Anonymous d'une s&eacute;rie d'attaques destin&eacute;es &agrave; soutenir Julian Assange, fondateur de WikiLeaks. /Photo d'archives/REUTERS/R&eacute;gis Duvignau</p>