Everything Everywhere prend la tête de la 4G en Grande-Bretagne

mardi 21 août 2012 12h25
 

par Paul Sandle

LONDRES (Reuters) - Everything Everywhere (EE), premier opérateur mobile britannique, a reçu le feu vert de l'Ofcom, le régulateur des télécoms du Royaume-Uni, pour déployer des services 4G sur son portefeuille de fréquences existant, tandis que la concurrence devra attendre.

L'Ofcom estime que les avantages pour le consommateur l'emporteront sur les risques de concurrence déloyale.

EE -coentreprise entre France Télécom et Deutsche Telekom- pourra proposer des services 4G dès le 11 septembre mais la décision lui appartient, a expliqué l'Ofcom.

EE avait dit en février qu'il voulait lancer les services de nouvelle génération en Grande-Bretagne d'ici la fin de l'année.

Son concurrent Vodafone, deuxième opérateur mobile, s'est dit "franchement choqué" par la décision de l'Ofcom. "Le régulateur a bafoué grossièrement les intérêts du consommateur, des entreprises et de l'économie dans son ensemble en refusant d'examiner comme cela s'imposait l'accroc à la concurrence que représente le fait de laisser un seul opérateur proposer des services avant que les bases d'un marché 4G concurrentiel aient été posées", a dit un porte-parole.

Vodafone estime qu'EE jouit d'un avantage indu parce que seules les fréquences de 1.800 MHz d'EE peuvent être reconfigurées pour transporter de la 4G, tandis que la concurrence devra attendre et acheter de nouvelles licences lors de la prochaine adjudication de fréquences cette année.

"Les fréquences 1.800 MHz d'Everything Everywhere vont bénéficier considérablement aux consommateurs et il n'y a aucun risque notable que ces avantages soient obérés par une concurrence déloyale", a estimé l'Ofcom.

L'Ofcom avait déjà jugé en 2011 que les fréquences 2G pouvaient être réaffectées à des services 3G.   Suite...

 
<p>Le premier op&eacute;rateur mobile britannique Everything Everywhere (EE) - coentreprise entre France T&eacute;l&eacute;com et Deutsche Telekom - a re&ccedil;u le feu vert de l'Ofcom, le r&eacute;gulateur des t&eacute;l&eacute;coms du Royaume-Uni, pour d&eacute;ployer des services 4G sur son portefeuille de fr&eacute;quences existant. De son c&ocirc;t&eacute;, la concurrence devra attendre et acheter de nouvelles licences lors de la prochaine adjudication de fr&eacute;quences cette ann&eacute;e. /Photo d'archives/REUTERS/Paul Hackett</p>