La dégringolade se poursuit pour l'action Facebook

vendredi 17 août 2012 19h01
 

SAN FRANCISCO (Reuters) - L'action du groupe de réseau social Facebook a touché vendredi un nouveau plus bas historique, les actionnaires de la première heure ayant obtenu la veille le feu vert pour vendre pour la première fois leurs titres.

Les actions qu'ils détenaient étaient jusqu'à alors étaient accompagnées d'un "lock-up" qui les empêchait de les mettre sur le marché avant une date définie.

Jeudi, plus de 270 millions d'actions -soit plus de la moitié des 421 millions d'actions vendues lors de l'introduction en Bourse le 18 mai- ont été mises à disposition, provoquant un plongeon du titre de plus de 6%.

Vendredi à 16h35 GMT, l'action Facebook ne valait plus que 19,20 dollars, affichant une baisse de plus de 3% après avoir touché plus tôt en séance un plus bas à 19,01 dollars.

À un cent près, ce cours est de moitié inférieur à celui de l'introduction en Bourse, au mois de mai, à 38 dollars.

La baisse de l'action Facebook produit dans un volume d'échanges très étoffé, près de 62 millions de titres ayant changé de mains lors des deux premières heures de cotation ce vendredi.

Il reste encore 1,4 milliard de titres supplémentaires, détenus par les premiers actionnaires de Facebook et les employés du groupe, à être concernés par le "lock-up".

Ces titres ne seront cessibles qu'à la fin de l'année, faisant peser une pression supplémentaire sur le cours de l'action Facebook.

Facebook, le premier réseau social au monde fondé par Mark Zuckerberg, est devenu la première entreprise à s'introduire en Bourse avec une capitalisation de plus de 100 milliards de dollars.

Depuis, les investisseurs sont allés de désillusion en désillusion, s'inquiétant notamment de l'absence de stratégie pour faire face au ralentissement de la croissance du chiffre d'affaires.

Alexei Oreskovic; Blandine Hénault pour le service français, édité par Nicolas Delame

 
<p>L'action du groupe de r&eacute;seau social Facebook a touch&eacute; vendredi un nouveau plus bas historique, les actionnaires de la premi&egrave;re heure ayant obtenu la veille le feu vert pour vendre pour la premi&egrave;re fois leurs titres. /Photo prise le 19 mai 2012/REUTERS/Thomas Hodel</p>