Concurrence accrue pour China Mobile au 1er semestre

jeudi 16 août 2012 11h31
 

HONG KONG (Reuters) - China Mobile, premier opérateur mondial de téléphonie mobile par le nombre de clients, a vu son bénéfice d'exploitation (Ebitda) baisser au premier semestre en raison d'une concurrence accrue à laquelle il a répondu par une augmentation de ses promotions sur les téléphones.

China Mobile, le seul opérateur chinois à ne pas avoir signé d'accord avec Apple pour vendre l'iPhone, a dû consentir à des promotions généreuses sur les smartphones afin d'attirer de nouveaux clients vers la 3G, une source de revenus plus importante que les services vocaux.

China Mobile a beau être le plus grand opérateur mobile en Chine, ses concurrents ont une part bien plus importante d'abonnés à la 3G. Un peu plus d'un quart des abonnés de China Unicom ont des abonnements 3G et la part est de 35% pour China Telecom, alors qu'elle n'est que de 10% environ pour China Mobile.

Au premier semestre, l'ARPU (le revenu moyen par abonné) de China Mobile a reculé à 67 yuans contre 70 yuans un an plus tôt.

"Une guerre des prix sur le marché chinois des télécoms est inévitable", commente Chris Hsu, chez Allianz Global Investors Taiwan, qui a des actions China Mobile dans son portefeuille.

L'Ebitda de China Mobile est ressorti à 123 milliards de yuans (15,7 milliards d'euros) au premier semestre, en baisse de 0,9%.

Le bénéfice net a progressé de 1,5% seulement sur le semestre, et il s'est élevé à 34,4 milliards de yuans (4,45 milliards d'euros) sur la période d'avril à juin alors que 35,2 milliards étaient attendus.

A la Bourse de Hong Kong, le titre China Mobile a chuté de 5,03% à 87 dollars HK.

Lee Chyen Yee, Blandine Hénault pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

 
<p>China Mobile, premier op&eacute;rateur mondial de t&eacute;l&eacute;phonie mobile par le nombre de clients, a vu son b&eacute;n&eacute;fice d'exploitation (Ebitda) baisser au premier semestre, sous l'effet d'une augmentation des promotions sur les t&eacute;l&eacute;phones, qu'il a d&ucirc; consentir en raison d'une concurrence accrue. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse</p>