Universal propose la cession d'une filiale d'EMI

vendredi 27 juillet 2012 18h44
 

par Yinka Adegoke et Foo Yun Chee

NEW YORK/BRUXELLES (Reuters) - Universal Music Group, filiale de Vivendi, envisage de céder l'essentiel de Parlophone, le label le mieux valorisé de la maison de disque EMI, pour obtenir le feu vert des autorités européennes de la concurrence à son projet de rachat du groupe britannique, ont rapporté vendredi trois sources proches du dossier.

La Commission européenne, qui examine ce dossier depuis le mois de février, a prévenu Universal que son intention de racheter la musique enregistrée d'EMI pour 1,9 milliard de dollars (1,5 milliard d'euros), était susceptible de nuire à la concurrence, exigeant au passage d'importantes concessions en échange de son feu vert.

Les autorités européennes de la concurrence veulent s'assurer que les autres maisons de disques pourront résister à un géant dont la taille représentera le double de celle de son principal concurrent en Europe.

Sans en préciser la nature, Universal dit avoir soumis une série de concessions à la Commission européenne, estimant au passage qu'elles répondaient aux attentes de Bruxelles.

"Nous pensons que les mesures proposées répondent pleinement aux préoccupations de la Commission. Elles s'inscrivent dans la droite ligne de nos discussions constructives avec les régulateurs, les maisons de disque indépendantes et nos concurrents", dit dans un communiqué Universal.

"Nous allons continuer à collaborer avec la Commission et nous sommes confiants sur le fait de recevoir le feu vert."

Un porte-parole de la Commission a confirmé que cette dernière avait reçu les concessions proposées, sans en dévoiler la teneur.

La Commission européenne, qui va à nouveau sonder les consommateurs et les rivaux d'Universal, a reporté sa décision au sujet de ce dossier du 6 au 27 septembre. Les autorités de régulation américaines étudient également le dossier.   Suite...

 
<p>Universal Music Group, filiale de Vivendi, envisage de c&eacute;der l'essentiel de Parlophone, le label le mieux valoris&eacute; de la maison de disque britannique, pour obtenir le feu vert des autorit&eacute;s europ&eacute;ennes de la concurrence &agrave; son projet de rachat d'EMI, selon trois sources proches du dossier. /Photo d'archives/REUTERS/Toby Melville</p>