Ericsson déçoit au 2e trimestre

mercredi 18 juillet 2012 10h17
 

STOCKHOLM (Reuters) - Ericsson, numéro un mondial des équipements de réseaux mobiles, a subi au deuxième trimestre l'impact du ralentissement des investissements des opérateurs, avec pour conséquence des résultats inférieurs aux attentes.

Le titre du groupe suédois perdait 3,74% à 56,70 couronnes à 7h50 GMT à la Bourse de Stockholm alors que l'indice Stoxx européen des valeurs technologiques abandonnait 0,14%.

Le bénéfice avant intérêts et impôts d'Ericsson, hors coentreprises mais en incluant les charges de restructuration, ressort pour le trimestre avril-juin à 3,3 milliards de couronnes suédoises (386 millions d'euros), alors que le consensus Reuters donnait 3,5 milliards de couronnes.

Sur la même période l'an dernier, il avait atteint cinq milliards de couronnes.

Le chiffre d'affaires trimestriel, à 55,3 milliards de couronnes, a légèrement dépassé le consensus (54,9 milliards) mais la marge brute n'a été que de 32%, soit un demi-point de moins qu'attendu par le marché.

Cette déception sur la marge s'explique par l'augmentation de la part des services à faible valeur dans les facturations et par des ventes moins bonnes qu'attendu pour la division Réseaux.

Au sein de cette dernière, "le mix d'activités sous-jacent, marqué par une part des projets de couverture plus importante que celle des projets de capacités, est restée inchangée sur le trimestre et devrait prévaloir à court terme", explique Ericsson dans un communiqué.

Le groupe ajoute que l'impact défavorable des projets de modernisation des réseaux en Europe sur sa marge brute devrait s'atténuer progressivement en fin d'année.

Ces résultats moins bons qu'attendu font écho à ceux évoqués ces derniers jours par plusieurs grands concurrents du suédois. Mardi, Alcatel-Lucent a annoncé renoncer à son objectif de marge pour 2012 en arguant d'un environnement économique "difficile" et d'un mix d'activités défavorable.   Suite...

 
<p>Hans Vestberg, le PDG d'Ericsson. Le num&eacute;ro un mondial des &eacute;quipements de r&eacute;seaux mobiles a livr&eacute; des r&eacute;sultats inf&eacute;rieurs aux attentes au deuxi&egrave;me trimestre en raison d'un pincement de sa marge, mais a assur&eacute; qu'une partie de la pression pesant sur sa profitabilit&eacute; s'all&eacute;gerait &agrave; la fin de l'ann&eacute;e. /Photo prise le 11 janvier 2012/REUTERS/Steve Marcus</p>