Bouygues veut un durcissement des conditions accordées à Free

mardi 10 juillet 2012 22h02
 

PARIS (Reuters) - Le PDG de Bouygues exhorte les parlementaires français à durcir le régime dont bénéficie Free, accusant le nouvel opérateur mobile d'entraîner l'ensemble du secteur dans une spirale "autodestructrice", qui va se traduire par des suppressions d'emplois massives.

Confronté à la vive concurrence de Free, SFR, la filiale mobile de Vivendi a annoncé début juillet un plan d'économies de 500 millions d'euros pour 2013 tandis que Bouygues Telecom a annoncé un plan de suppression de 556 postes d'ici la fin de l'année.

Dans un courrier adressé à tous les députés et sénateurs avant l'audition mercredi à l'Assemblée du président de l'Arcep, le régulateur des télécoms, Martin Bouygues demande notamment que le contrat d'itinérance 3G qui permet à Free Mobile d'utiliser le réseau d'Orange ne soit pas renouvelé, quand il arrivera à son terme en 2018.

"C'est la seule façon d'inciter le quatrième opérateur à lancer réellement ses investissements dans son réseau mobile, investissements qui engendreront de l'emploi et qui rétabliront l'égalité concurrentielle", souligne-t-il dans ce courrier.

Réagissant aux propos de Bouygues, le directeur général d'Iliad, maison mère de Free, Maxime Lombardini a défendu le principe de l'itinérance, y voyant une opportunité de mutualiser les moyens.

"Il y a un tendance mondiale et positive à mutualiser les infrastructures. L'itinérance est une modalité comme une autre", a-t-il déclaré à Reuters, observant que dans la fibre optique, Bouygues Telecom lui-même utilisait des infrastructures développées par des tiers.

Dans son courrier aux parlementaires, Martin Bouygues demande également que le contrat d'itinérance dont bénéficie Free ne soit pas élargi à la nouvelle technologie mobile 4G, qui permet d'offrir des débits beaucoup plus importants.

Si tel était toutefois le cas, Martin Bouygues plaide pour une séparation fonctionnelle entre Orange, entité commerciale et France Télécom, structure gérant des réseaux d'infrastructures disponibles pour tous les opérateurs, sur le modèle SNCF-Réseau Ferré de France (RFF) dans le transport ferroviaire.

Jean-Michel Bélot, avec Leila Abboud, édité par Nicolas Delame

 
<p>Le PDG de Bouygues exhorte les parlementaires fran&ccedil;ais &agrave; durcir le r&eacute;gime dont b&eacute;n&eacute;ficie Free, accusant le nouvel op&eacute;rateur mobile d'entra&icirc;ner l'ensemble du secteur dans une spirale "autodestructrice", qui va se traduire par des suppressions d'emplois massives. /Photo prise le 28 juin 2012/REUTERS/Gonzalo Fuentes</p>